Badouzienne 55

Pas de légende aujourd’hui. Le t-shirt parle de lui-même !

Cela me contrarie lorsque mes textes sont faibles, pas faciles à suivre, pas assez structurés. C’était le cas hier. Il faut dire que je ne me sentais pas en forme, j’avais froid et un peu mal à la tête. Je me suis relue en début de soirée et j’ai republié un texte amélioré. Or, si la personne qui s’apprête à me lire à partir d’un ordinateur ne tape pas d’abord la touche F5 sur son clavier, elle accède à la première version que j’aurai mise en ligne. Si la personne me lit à partir de son téléphone intelligent –où la touche F5 n’existe pas !–, le problème se pose peut-être aussi, ou peut-être pas, je ne sais pas.

C’est sûr que l’orgueil entre en jeu. Unetelle qui m’a dit récemment avoir pris l’habitude de me lire pourra être déçue de ma « performance » et perdre déjà l’envie de me suivre sur mon blogue après aussi peu que deux mois de découverte de mes textes. Ceux qui me suivent depuis maintenant plus de dix ans, parce qu’il y en a, se diront que je n’étais pas à mon meilleur et espéreront un meilleur prochain texte. En tout cas. C’est ça qui est ça, comme le veut mon nouveau motto.

C’est ça qui est ça est une expression que j’associe à la fonction phatique, c’est-à-dire à l’énonciation de mots qui ne veulent pas dire grand-chose sinon qu’on est attentif à ce qu’est en train d’exprimer l’autre. En gros : Tu parles, je t’écoute, et pour que tu ne penses pas que je ne t’écoute pas, je fais Han han des fois de temps en temps.

Or, tout étant relatif, la même onomatopée peut être la première que choisira l’individu qui n’est pas à l’écoute, parce qu’il a la tête ailleurs, ou parce que les paroles qui sont prononcées ne l’intéressent pas. S’il m’était venu à l’idée, par exemple, d’expliquer à mon mari pourquoi j’étais déguisée en Marguerite, s’il n’avait pas été pressé car on sait qu’un ami l’attendait dehors, s’il s’était arrêté, donc, pour m’écouter, il n’aurait pas manqué, assez rapidement, de prononcer Han han pour en finir, sans toutefois savoir qu’il devenait ainsi un acteur de la phatique fonction !

C’est ça qui est ça est une expression, je trouve, difficile à interpréter. Sous mes doigts, quand je la tape, elle signifie que j’essaie de lâcher prise et de ne plus me casser la tête. Mais l’expression peut être interprétée dans le sens contraire, à savoir que je me rends compte à quel point j’ai failli, à quel point j’étais loin du compte, mais, trop tard, le mal est fait et il ne me reste qu’à macérer dans mon tourment.

Quand je lis ou quand j’entends cette expression, je pense de prime abord que la personne qui l’émet est au-dessus de ses affaires, qu’elle se fiche des conséquences sans se mortifier, et qu’elle est, de ce fait, supérieure à moi parce qu’elle ne verse pas, pour un oui ou pour un non, dans l’inconfort d’avoir péché. Elle s’assume et elle s’aime, autrement dit.

Mes recherches sur Internet, elles, m’informent assez succinctement que l’expression est utilisée lorsque deux personnes se rendent compte qu’elles ont exprimé ce qu’il y avait à exprimer sur un sujet donné. Devant le constat qu’il n’y a rien à ajouter, viennent ces mots en quelque sorte automatiques de la part de l’une ou de l’autre personne, sinon les deux, C’est ça qui est ça.

L’ironie, dans la chanson de Martin Léon, c’est que l’individu qui répète plusieurs fois C’est ça qui est ça n’a rien exprimé qui nous permette de comprendre qu’on arrive à une conclusion. Il a énoncé des mots qui ne vont nulle part –comme parfois mes textes. Ce même individu, qui ne peut être Martin Léon dans mon esprit, étant donné que Martin Léon n’est pas vide de contenu, si je puis m’exprimer ainsi, ce même individu, donc, dans la chanson, donne plus ou moins, et grosso modo, et bouclant la boucle, un exemple de ce en quoi consiste ma fonction fétiche d’aujourd’hui.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans Badouziennes. Mettre ce permalien en signet.

Une réponse à Badouzienne 55

  1. Jacques dit :

    C’est ça qui est ça.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s