Jour 609

37828232_2217463328269992_1754486104532189184_n

Quatre motifs, quatre serviettes.

Quand j’en suis venue à la conclusion que j’achetais les serviettes à main avec motif, je n’ai pas lésiné, j’ai acheté une serviette de chaque motif : coq, hydrangées, tasses de café, olives. Par orgueil, je n’ai pas demandé à Bibi quel motif était le plus intéressant, elle se serait moquée de moi. Elle m’aurait répondu les olives, peut-être, et j’aurais préféré les hydrangées, je n’aurais pas été plus avancée. Elle m’aurait suggéré les hydrangées, encore, et je me serais demandé s’il n’était pas préférable d’y aller pour le coq.
Après ma longue marche d’hier sur la rue Sherbrooke, je suis arrivée trempée à la maison, malgré que je me sois protégée avec un parapluie. J’ai enlevé mes vêtements et je me suis douchée immédiatement. Bien sûr, je ne me suis pas essuyé le corps avec les serviettes à main, bien trop petites. Mais sitôt sortie de la salle de bain, j’ai constaté des dégâts aux fenêtres qui étaient restées ouvertes. Quatre fenêtres, quatre serviettes pour quatre motifs, pas de jalouses, toutes les serviettes ont été utilisées.
Puis, en soirée, Emma et moi nous sommes mesurées au Rummy, c’est elle qui a gagné, la p’tite trousse. Nous avons joué autour de la table de la cuisine, une table ronde qui a été décapée par Bibi quand elle avait dix-huit ans, il y a de cela quarante-quatre ans. Les chaises sont des chaises de réfectoire qui appartenaient aux Clercs de St-Viateur, je pense qu’elles ont été récupérées par un de mes frères. Elles sont très vieilles et tenaient par la peur avant que quelqu’un en relie les barreaux avec du fil de métal. Bien que plus solides maintenant, elles n’en sont pas pour autant plus confortables. Et surtout, elles absorbent l’humidité quand on s’y assoit, de telle sorte qu’on s’en décolle difficilement si la peau est en contact avec la surface. On a donc eu le réflexe, ma fille et moi, de déposer une serviette sur le siège avant de s’y asseoir, Emma le coq, et moi les tasses de café.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s