Jour 659

02BagueEmma

Bijou 2. Bague d’enfant avec zircon.

Voici une bague achetée pour Emma lorsqu’elle avait deux ans. Achetée par maman. L’idée de maman. Je la lui avais offerte en cadeau de Noël. À son retour à la garderie après l’interruption des fêtes, une éducatrice s’était exclamée que mademoiselle Emmanuelle portait maintenant un bijou. Au bout d’un moment, je dirais quelques jours, je m’étais demandé si c’était une bonne idée d’avoir offert une bague à ma fille. Les autres fillettes à la garderie ne semblaient pas en avoir reçu. Ou alors elles en avaient reçu, mais les mamans les leur faisaient porter seulement à certaines occasions.
Comme Emma avait les doigts potelés, la bague ne risquait pas de s’enlever, il n’y avait pas de risque d’étouffement à un âge où les enfants mettent encore bien des choses dans leur bouche.
Cela me titillait, que ma fille soit la seule à porter une bague à la garderie, ou plus exactement que les parents n’en aient pas offert encore à leur enfant. Est-ce que ce n’était pas dans l’ordre des choses d’offrir une jolie bague à sa fille, en or avec zircon ? Et tant qu’à avoir reçu une bague, est-ce qu’il n’était pas préférable de la porter tout le temps ? Est-ce qu’Emma aimait la porter ? Est-ce qu’Emma était perçue différemment des autres enfants parce qu’elle portait ce bijou ? Quelques-unes parmi les fillettes, il est vrai, avaient déjà les oreilles percées. Emma se les est fait percer à cinq ans, l’âge que j’avais lorsque notre gardienne, un été au chalet, nous les avait percées, à Bibi et à moi.
Je voyais ma fille partir le matin pour la garderie avec son père et je n’étais pas tranquille. Une bonne idée, la bague ? Aurais-je dû l’acheter ? Le père était-il d’accord que sa fille porte une bague ? S’en était-il seulement rendu compte ?
Je m’en voulais de me casser la tête pour ces vétilles, et de ne pas être capable d’arrêter de me la casser. Et de constamment me demander ce que pensaient les gens autour de moi, à propos de la bague qu’aucun n’aura remarqué sauf l’éducatrice, comme à propos de toutes les autres choses, en général et en particulier.
Un soir, pendant le bain, j’ai retiré la bague du doigt de ma fille sous prétexte de laver la peau en-dessous. J’étais encore en train d’hésiter, je la lui remets ou je ne la lui remets pas. Elle a été difficile à retirer malgré le recours à la mousse du savon. Du coup, j’ai eu ma réponse : j’allais l’enlever pour toujours afin d’éviter à ma fille de se découvrir un doigt prisonnier d’une bague. Et c’est ainsi que la bague, après avoir été portée pendant seulement quelques jours par chouchou, et alors qu’elle aurait pu être portée encore pendant un bon bout de temps, traîne depuis plus de vingt ans dans mon coffre à bijoux, qui n’est pas un coffre mais une boîte de bois gravé.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s