Badouzienne 68

Acrylique, pigments secs et vernis à ongles, 18"X24"

Voici ci-contre la toile sur laquelle j’ai travaillé hier après avoir épluché les patates, et avant que Denauzier entame la cuisson des steaks. Elle est de forme ovale dans son ensemble, comme ma Fée clochettes précédente. On y voit facilement un extraterrestre, en tout cas moi j’en vois un, qui me demande ce qui va lui arriver.

L’extraterrestre est constitué de masses sans reflet, sans miroitement, sans iridescence. Je n’ai fait qu’appliquer de l’acrylique à fini mat, tout simplement, sans aucun dégradé. Pour cette raison, Bibi n’aimera pas ma toile. Devrais-je couvrir le blanc qui entoure E.T. ? Mon ami André me dirait qu’il y a déjà bien assez de mélanges et qu’il n’est pas nécessaire d’en ajouter.

Il me reste encore quelques couleurs de celles que j’ai utilisées, assez pour envisager de lui faire un petit frère qui se déclinera, lui, dans les formes carrées. Donc, quand l’extraterrestre me demande ce qui va lui arriver, je lui réponds qu’il sera bientôt accompagné d’un ami dans les mêmes teintes. Cela semble le rassurer car, comme je l’ai écrit hier, c’est toujours mieux à deux.

Deux couleurs cependant manquent à l’appel, celle qui a pour nom Gris taupe –qui couvre la masse la plus inférieure au centre– et une autre, le vert, que j’ai obtenue moi-même en mélangeant je ne sais plus quels restants de tubes, donc je ne serai pas capable de la reproduire. Le rouge vin, en passant, requiert quatre ou cinq couches pour obtenir une belle couvrance, cela constitue un irritant, une épreuve pour le système nerveux, au bout d’un moment. J’ai essayé de créer tout à l’heure mon propre Gris taupe et je suis, sans surprise, arrivée à autre chose, à savoir un mauve violacé.

L’important, m’a dit mon mari tout à l’heure, découvrant ma toile pour la première fois, est que toi, chérie, tu aimes le résultat. Ça veut dire qu’il ne l’aime pas tellement, car quand il aime il s’exclame qu’il aime. Il n’empêche que j’ai hâte d’entamer le pendant aux formes carrées. Je pense que je vais m’y mettre à l’instant, mais ce faisant je ne serai pas allée dehors aujourd’hui.

Si je réussissais à écrire un texte 69 demain le 30 avril 2022, et aussi un 70, j’aurais une base de 70 Badouziennes par année, dans une perspective d’écriture hors défi. Je bascule en effet dans une nouvelle année au 1er mai, soit après-demain. Autrement dit, demain le 30 avril, cela fera un an que mon défi d’un texte par jour, du lundi au vendredi, est terminé. Par conséquent, le 1er mai, j’entrerai dans ma deuxième année d’écriture-juste-pour-le-plaisir. Mais toutes ces histoires de dates sont bien difficiles à suivre. Je devrais écrire davantage, pour ne pas « perdre la main », comme on dit, mais le temps manque.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans Badouziennes. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s