Badouzienne 42

James DePriest, un des premiers chefs d’orchestre afro-américain. Il dirigea l’orchestre symphonique de Québec de 1976 à 1983.

Seigneur ! Je ne suis tellement pas rationnelle, logique, réfléchie.

Je me rappelle d’un échange entendu à la radio, il y a de cela des dizaines d’années. Un homme –je me demande si ce n’était pas James DePriest–, tentait d’expliquer pourquoi il n’avait pas été emballé par le film de Lelouch, Les uns les autres. Or, une femme –était-ce Chantal Joly ?– n’était plus capable d’arrêter de s’extasier, ne livrant cependant aucun contenu qui aurait fait découvrir le film aux auditeurs. Elle s’émerveillait tellement qu’elle en coupait la parole à James et cela m’avait énervée. C’est d’ailleurs, je pense, parce que cela m’avait énervée que je me rappelle de ce micro-événement.

Toujours est-il qu’hier, à l’occasion d’une petite fête entre amis, et à propos d’un autre film, récent celui-là, j’étais Chantal Joly en transe.

– Ne me dis pas que tu es allée voir le film Aline trois fois !, s’est exclamée l’invitée avec laquelle je conversais.
– Si. J’y suis allée trois fois. J’irais volontiers une quatrième fois, si tu te cherchais quelqu’un pour t’y accompagner, par exemple.
– Je n’irai jamais voir ce film, ne compte pas sur moi, a tranché l’invitée.
– Pourquoi ?, me suis-je étonnée.
– Imagines-tu les difficultés que tu rencontrerais si tu décidais d’aller faire un film en France sur, disons, Johnny Halliday ? Ce serait le parcours du combattant. Tu n’y arriverais jamais.
– Et ?, ai-je demandé sans réfléchir.
– Et il faudrait qu’on accueille avec plaisir le fait qu’une Française s’est permis de faire un film sur Céline ?
– Ce n’est pas un film « sur », ce n’est pas un biopic, un documentaire, un film biographique. C’est plutôt à prendre comme un film « librement inspiré de », ai-je suggéré.
– Je comprends les gens de la famille Dion de n’avoir pas apprécié, a ajouté l’invitée.
– Je ne comprends pas Julie (Snyder) de les avoir invités à son émission dans le seul but de dénigrer, ai-je répliqué.
– Si tu as aimé le film, c’est probablement que tu as aimé l’histoire, m’a dit la dame. Personnellement, je n’ai pas besoin de voir ce film pour connaître l’histoire de la vie de Céline, je la suis depuis des années, j’ai beaucoup lu à son sujet. De toute façon, le film est truffé d’erreurs, de faussetés.
– C’est une fiction, il faut faire attention.
– Justement, quand on veut faire une fiction, on fait une fiction, a décrété la dame. Ici, on raconte la vie de Céline en prétextant qu’il s’y greffe des éléments inventés pour excuser des inexactitudes, parfois grotesques, qui amusent Mme Lemercier.
– Moi je dirais que Valérie Lemercier aime tellement Céline qu’elle s’en est inspirée, tout simplement. Tu sais que je ne connais pas Céline, sa vie, ses chansons, je ne l’ai jamais suivie. Pourtant j’ai adoré le film, il ne s’en dégage que des sentiments positifs. C’est comme un conte de fée, ai-je résumé. Et j’aurai choisi, j’imagine, de me laisser porter par la magie, le rêve, la fantaisie…
L’invitée a soulevé les épaules en exprimant qu’elle ne changerait pas d’idée, mais en me demandant quand même :
– Qu’est-ce que tu as tant aimé ?
– Je ne sais pas. À un moment donné, dans une transition entre deux scènes, deux époques, on entend une chanson de Charlebois que je n’avais pas entendue depuis des années, ça s’intitule Long Flight. Ça m’a tellement fait du bien d’entendre l’extrait que j’en ai eu des frissons sur tout le corps et je me suis sentie immensément heureuse pendant quelques secondes.
– Tu aurais pu vivre la même euphorie dans n’importe quel film.
– C’est vrai. Tu n’as pas l’impression, ai-je enchaîné, de te couper d’un plaisir en décrétant que tu n’iras pas voir Aline ? Tu n’as pas envie de t’abandonner, de ne serait-ce qu’essayer ?
– Non, a-t-elle répondu.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans Badouziennes. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s