Badouzienne 27

Fleurs – Prise 2

Aujourd’hui je me sens comme un sous-marin, c’est-à-dire que je suis submergée par la peur : qu’aurais-je fait, avoir perdu la capacité de parler, lire, écrire et penser ?

Je n’aurais pas dû lire l’article que j’ai lu hier, dans lequel il est mentionné que les hématomes sont susceptibles de se répéter, pour ceux qui en ont eu au moins un, au fur et à mesure qu’on avance en âge. Ça c’est bien moi, au lieu de danser de joie pour n’avoir pas, justement, à ce jour, perdu mes capacités cognitives, je me laisse envahir par la peur.

À défaut de me sentir capable d’être positive en ce moment, il vaut mieux que je change de sujet. Je vais y aller pour la numérologie, tout en gravitant cependant autour de ma nouvelle thématique médicale.

Le chiffre neuf est présent dans quelques-uns de mes événements de santé. J’ai subi l’ablation de l’ovaire droit à 19 ans. Ce fut ma première expérience de séjour à l’hôpital, à savoir l’Hôtel-Dieu, dans le Vieux-Québec. J’ai reçu ma valve mitrale mécanique à l’Hôtel-Dieu, cette fois à Montréal, un 19 juin. J’ai reçu mes deux trépanations le 29 août dernier. Je suis donc allée consulter ce que signifie le neuf. Il est associé aux êtres idéalistes, qui se donnent à fond pour concrétiser leurs aspirations, qui poursuivent leurs rêves même si ces derniers peuvent les éloigner de la réalité. C’est tout à fait moi qui ai passé dix ans de ma vie à écrire du lundi au vendredi, mue intérieurement par la possibilité qu’un jour mon talent –fulgurant– soit reconnu, monnayé, voire honoré.

Autre chose encore par rapport aux chiffres. J’ai 62 ans. Si j’ajoute à ce nombre son inverse, à savoir 26, cela me mène à 88. C’est l’âge que je désire atteindre avant de quitter la vie.

Surprise hier. On sonne à la porte et c’est à nouveau le livreur de fleurs. Elles m’ont été offertes par une personne qui ne sait même pas que j’écris sur un blogue. Or, les fleurs étaient dans leur eau dans un bocal de verre, comme si quelqu’un avait lu, dans mon texte précédent, que nous ne possédons pas de vase à la maison. Le hasard semble bien faire les choses.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans Badouziennes. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s