Badouzienne 25

Anna Karina habillée en Chanel –et ne portant probablement pas des ballerines ?

Mon mari aime les films qui mettent en vedette des personnages virils, interprétés par exemple par Keanu Reeves, ou Liam Neeson, ou Matt Damon. Des personnages dont on est assuré, peu importe ce qui leur arrive, qu’ils vont gagner leur cause, quitte à vivre avec la mini conséquence d’avoir reçu huit balles dans l’abdomen, autant de balles qui n’empêcheront pas le héros, bien sûr, de continuer sa route, sans même marcher plus lentement, bien qu’il doive appuyer fort d’une main sur la plaie béante qui répand sa couleur rouge à ses vêtements.

Je les écoute aussi volontiers, ces films violents, car ils ne me procurent aucune once d’inquiétude, de tension. Quand ça bardasse trop, je me contente de fermer les yeux et mon mari, sans même que je le lui demande, baisse le son.

Récemment, pour commémorer la carrière et la personnalité de Jean-Paul Belmondo, la chaîne TFO a diffusé le film Pierrot le fou, de Jean-Luc Godard. Je surveillais du coin de l’oeil si mon mari n’était pas en train de s’endormir, et il ne l’était pas. Je pense qu’il était piqué par la curiosité :
– Chérie, m’a-t-il demandé, est-ce que tu y comprends quelque chose ?
– Bien sûr que non, ai-je répondu. Je comprends seulement que le mouvement de la Nouvelle Vague des années soixante, en France, a donné naissance à toutes sortes d’oeuvres qui ne s’appuient pas sur les procédés habituels de la narration. Je comprends que le film, ici, s’avère avant tout une recherche, une expérimentation artistique… dans la même veine que Robbe-Grillet. Je trouve cependant que Godard est plus poétique que Robbe-Grillet. Ici, il est fait abondamment référence à Arthur Rimbaud, à Élie Faure, à Nicolas de Staël, à l’enfance…
– Et Robbe-Grillet ?
– Ah ! Robbe-Grillet explorait surtout l’univers sexuel.

J’ai répondu tout ça en constatant que Anna Karina n’arrête pas de bouger, de sautiller, dans les situations où se déploient nos deux héros. Elle marche telle une équilibriste sur une remorque inclinée tirée par une charrue, elle saute dans une voiture en marche, elle court dans la forêt sans craindre les cailloux et autres aspérités, tout ça en ne bénéficiant pas de bonnes chaussures qui protègent l’arche du pied et les articulations. Elle fait toute sa gymnastique pieds nus dans ses ballerines ! Ouille !

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans Badouziennes. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s