Badouzienne 23

Peu de temps après mon retour à la maison, j’ai envisagé de créer un tableau qui aurait regroupé les données liées au suivi de ma convalescence. Dans la mesure où on peut penser que mon hémorragie cérébrale aurait été causée par une quantité trop élevée de Coumadin dans mon sang, et dans la mesure aussi où certains aliments diminuent, ou augmentent, l’effet du Coumadin, une partie importante du projet de tableau aurait été consacrée à l’énumération des aliments qui auraient été consommés à chacun de mes trois repas par jour.

L’exercice n’était pas tellement nécessaire et consistait surtout à me distraire, m’occuper, m’amuser pendant que je n’ai pas la force de faire grand-chose. Je sais en effet quels aliments doivent être consommés avec modération, à savoir les épinards, le brocoli, le chou, les asperges, car ils diminuent l’effet du Coumadin. Je sais aussi bien sûr quel aliment doit être consommé de manière restreinte mais pour la raison inverse, à savoir qu’il augmente l’effet du Coumadin. En fait, il ne s’agit pas d’un aliment mais de la grande famille, liquide, de l’alcool.

Après avoir vécu ce que j’ai vécu, il va de soi que je n’ai pas envie de tremper mes lèvres dans une coupe de vin car ce dernier rend le sang plus clair. Je n’ai pas envie non plus de manger les légumes verts ci-mentionnés car ils nuisent à l’obtention de résultats stables au fur et à mesure des tests auxquels je dois me soumettre, aux deux jours, à la pharmacie.

Toujours est-il que plus je pensais à mon affaire, plus je trouvais que mon tableau n’allait pas être tellement utile. Mais je voyais quand même d’un bon oeil l’ajout des données Tension artérielle, Pouls, Température. Nous avons une petite machine qui enregistre ces données à la maison.

Puis, dans un moment de complet égarement, j’ai eu l’idée saugrenue d’ajouter une colonne à mon projet d’architecture qui aurait été consacrée à mon poids, le matin à jeun. Pour répondre aux exigences de mon entrée de données journalières, il aurait alors fallu que je me pèse, avant même d’avaler une première gorgée de café. Il aurait fallu en outre que je me soumette à la stupeur de me trouver chaque jour plus lourde puisque je ne bouge pas et puisque je dois manger quand je me sens faible, n’ayant aucune réserve en ce moment et pour peut-être encore un certain temps.

L’idée d’ajouter mon poids, en fin de compte, a été salvatrice, elle m’a convaincue de ne pas me lancer dans l’aventure. Je mange, je digère, je m’étends, je marche un peu, j’écris, je lis des articles de journaux sur mon téléphone. Je bois du thé. Et ça s’arrête là !

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans Badouziennes. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s