Badouzienne 7

Je collectionne les heures dont les chiffres sont identiques en vue d’un montage qui m’occupera un jour.

Je me sens coupable d’écrire des Badouziennes, d’en écrire une actuellement, la septième, alors que vingt centaines de textes attendent que je les corrige. Ça en fait encore d’autres à relire un jour, or l’exercice est exténuant, exigeant, ahurissant. Il y a du contenu qui se sous-entend à chaque ligne, il me semble, en ce sens que n’avoir pas été si pressée, lorsque j’ai écrit ces textes, j’aurais pu accorder trois paragraphes à une idée que je résume en une ligne ! On dirait que je n’ai fait que nommer les sujets que j’aimerais approcher sérieusement un jour, comme autant d’aide-mémoire. Ce jour étant arrivé puisque le défi d’alimenter le blogue est terminé, je me trouve confrontée à toutes ces idées à peine esquissées, que je ne suis quand même pas pour développer en cette étape de relecture, parce que ça n’en finira jamais ! Au secours !

J’essaie de respirer par le nez et d’y aller par petites doses. Je corrige quelques textes, puis je vais remuer la béchamel. Je corrige encore, puis je remplis le lave-vaisselle, de manière à vider l’évier, premier réceptacle de la vaisselle sale. Je corrige et je peins le bord de ma toile, tout en me demandant comment je veux couvrir la surface. Et si j’y allais avec des papiers découpés ? Je fais des tests avec des papiers que je prends la peine de découper comme il faut, des tests qui ne m’inspirent absolument pas. Alors je reviens corriger. J’écris à cousin par Messenger pour me sentir moins seule. Je flatte aussi Mia qui monte sur le bureau et vient quasiment marcher sur mon clavier.

Je me rends compte qu’il est préférable que je supprime les passages qui sont trop brièvement résumés, plutôt que d’entreprendre de leur donner de la densité. Je ne peux pas croire qu’en plus de 2000 textes, certains de ces passages supprimés ne reviendront pas, mieux explicités.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans Badouziennes. Mettre ce permalien en signet.

3 réponses à Badouzienne 7

  1. bertri13340 dit :

    Nous avons des préoccupations semblables.

    J’aime

  2. bertri13340 dit :

    Je peux évoquer avec vous de petites choses qui font de grands textes.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s