Jour 25

Ma fille était-elle née lorsque j’ai vu un film portant sur la vie et l’oeuvre de Jean-Paul Riopelle à Baie St-Paul, un été que nous étions allés visiter ma belle-soeur à l’Isle-aux-Coudres ? C’était il y a longtemps, plus de vingt ans. J’avais adoré le film, mais je ne me rappelle pas de son contenu ! L’avais-je adoré parce qu’il était question de Riopelle et qu’il est de bon ton de l’aimer, ou parce que j’avais été véritablement interpelée par ses inventions, son approche, sa manière de vivre l’art ? Encore là, je n’en ai aucune idée.

C’est rare, de toute façon, que j’ai une opinion par rapport à quelque chose.

Plus tard, et cette fois chouchou était née parce qu’elle nous accompagnait et sautait partout dans la salle d’exposition, nous avions vu, Jacques-Yvan et moi, l’hommage à Rosa Luxemburg, je pense que c’était au Musée de Québec, à proximité des Plaines. Je n’arrêtais pas de répéter, devant chaque panneau de cette longue fresque, à quel point c’était beau, époustouflant, touchant, renversant, et tous ces autres mots du même champ sémantique. En fait, je pense que je ne saisissais rien de ce que j’avais sous les yeux. J’étais spectatrice d’une enfilade de panneaux et je me sentais obligée –obligée par quelle autorité, bonne question–, d’exprimer que tout était extraordinaire.

Je ne suis pas certaine, d’ailleurs, que l’on attende d’une toile qu’elle soit belle.

Hier, nous étions ma fille et moi à cette troisième occasion, dans ma vie, de découvrir Riopelle, dans un regroupement de toiles sur le thème de la nordicité, de la nature, de la relation entre le peintre et les peuples autochtones. Cela dit, plusieurs extraits vidéos devant lesquels je me suis arrêtée ont été captés en France, à Paris, à une table autour d’un café ou d’une bière. J’écoutais les vidéos, ravie de me laisser bercer par l’accent québécois de Riopelle qui rrroule ses rrrr, en constatant de manière un peu navrante que je ne comprenais toujours pas mieux l’art qu’autrefois quand j’avais trente ans.

Il n’y a rien à comprendre, ça au moins je le sais, et tout à sentir.

Et moi-même, qui peins, qu’est-ce que je ressens au fur et à mesure que prend forme une toile ? J’ai bien peur d’avoir à répondre que je ne ressens rien.

Qu’ai-je senti, devant les toiles monumentales de l’homme –car il y en avait plusieurs de grand format. Pas grand-chose, malheureusement, et cela s’explique par la manière dont je suis construite. J’aurais ressenti le même pas grand-chose, autrement dit, devant les toiles d’un autre peintre, d’un autre artiste. J’ai traversé l’exposition en me demandant comment on fait pour avoir confiance en soi. Jean-Paul devait avoir confiance en lui. Comment aurait-il peint ne pas avoir été pourvu de cette confiance ? Comment me vivrais-je, si j’en étais pourvue ? J’ai donc déambulé d’une salle à l’autre en tentant d’élucider le mystère, encore et toujours, sans jamais y arriver, de ma déficience peut-être congénitale.

Une petite information de rien du tout, au cours d’une vidéo, a toutefois titillé mon attention : Riopelle détestait être seul. Il aurait constamment cherché à être entouré. Dès qu’il quittait une personne, il s’empressait de lui demander quand est-ce qu’il allait la revoir. S’il avait fallu qu’on se rencontre par hasard et qu’il me demande, au moment de nous quitter, quand est-ce qu’on allait se revoir, et nonobstant ce qui précède, je serais tombée raide morte.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s