Jour 27

J’ai rêvé à Denauzier. J’étais dans un appartement, où j’habitais seule, dont les fenêtres étaient habillées de stores à fines lamelles de métal blanc. Je surveillais la porte, habillée d’un store identique, car je sentais que quelqu’un allait arriver, quelqu’un de malveillant, de menaçant. J’entendais la sirène d’une voiture de police s’approcher, et dans le temps de le dire les lumières bleue et rouge du gyrophare se réfléchissaient déjà sur les murs de la cuisine. Mon coeur battait la chamade.

Or, c’est à une autre porte, donnant sur la cour arrière, que se tenait Denauzier, corpulent dans mon rêve comme il l’est en réalité, portant cependant une barbe et non pas seulement un bouc. Je ne sais pas comment je faisais pour me rendre compte qu’il était là, peut-être avait-il fait un bruit ou un geste qui avait attiré mon attention.

J’avais tellement peur en l’apercevant –pas menaçant le moins du monde à ma grande surprise–, j’avais tellement peur malgré tout que, comme ça se produit tout le temps dans mes rêves lorsque je suis envahie par la peur, j’étais incapable de parler. Après quelques secondes, fixant toujours cet intrus qui me fixait aussi, j’arrivais à prononcer, d’un très mince filet de voix, que la peur m’empêchait de parler. Denauzier acquiesçait pour exprimer d’une part qu’il avait entendu mon filet, et m’encourager d’autre part à poursuivre.

Assez vite, un contact s’établissait entre nous. Je découvrais qu’il était chez moi en tant qu’une sorte d’inspecteur, ou de détective, ou de représentant quelconque d’une autorité, afin de vérifier si j’avais eu une relation avec un homme marié.
– Vous auriez mentionné lors d’une conversation récente, commençait-il, que vous étiez au courant que Monsieur X n’irait pas cette année effectuer sa mission en Afrique accompagné de sa famille, comme par les années passées.
– Euh… oui, répondais-je, en devinant où est-ce que mon interlocuteur voulait en venir, tout en me disant intérieurement qu’il était impossible qu’on m’imagine liée, de quelque façon que ce soit, à la vie de ce Monsieur X, qui était un parfait étranger pour moi.
– Ce n’est pas parce que je suis au courant que cet homme voyage différemment cette année, que j’ai quelque chose à voir là-dedans, avec lui, ou sa famille, femme et enfants, déclinais-je.

Je me rendais compte alors que l’inspecteur Denauzier n’était pas convaincu du bien-fondé de l’enquête qu’on lui avait confiée. Sans trop le montrer, il tentait d’orienter le sujet de notre échange sur autre chose. Nous n’avions pas bougé d’un pouce, je me tenais immobile dans ma robe de chambre, blanche elle aussi, dont j’enserrais les panneaux de mes bras croisés, de crainte qu’elle s’ouvre et laisse entrevoir ma nudité. Denauzier, lui, était toujours debout sur la galerie.

Je sentais qu’il était à la recherche d’un prétexte qui justifierait qu’on se rencontre à nouveau. Je voyais clair dans son jeu, il était déjà en train de tomber amoureux. Je faisais semblant d’hésiter, quant à la possibilité d’être libre ce jour-là qu’il était en train de proposer, histoire de le faire languir un peu.

Aujourd’hui, curieusement, j’ai parlé à un homme qui ressemble, encore plus que Denauzier, au personnage de mon rêve. Cet homme est venu à ma rencontre, nous étions Emmanuelle et moi en visite au Musée des beaux-arts, pour me dire que la photo que je venais de prendre, sur mon téléphone, semblait intéressante. Elle ne l’était pas et je l’ai d’ailleurs supprimée, mais de fil en aiguille nous avons parlé et j’ai découvert que cet homme est photographe, spécialiste de la sténopé, c’est un mot que j’entendais pour la première fois.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s