Jour 46

Je vais essayer de retracer comment ça se fait que j’ai ressenti le besoin de me confier comme je l’ai fait dans mes deux derniers textes. Deux sur bientôt 2200, ce n’est pas énorme. On ne pourra pas dire que mon blogue aura été un lieu d’introspection. Quoique…

D’abord, je mentionne que j’ai passé la semaine seule, mon mari étant à l’extérieur. Il revient demain. On dirait que je désire abattre mille projets quand il s’absente, comme s’il m’empêchait d’ordinaire de les abattre, alors que ce n’est pas le cas. Ce que j’ai trouvé étrange, à cet égard, c’est que deux femmes cette semaine m’aient dit la même chose, à des moments différents, car je n’ai pas vu ces deux personnes en même temps. Je leur annonçais que Denauzier était absent… « Et tu veux en profiter », ont-elles glissé en terminant ma phrase.

Est-ce que le fait d’être seule, de pouvoir travailler sur mon ordinateur jusqu’à minuit si ça me chante, m’aurait incitée à me livrer davantage ?

Je mentionne aussi que j’ai eu une conversation très intéressante avec un ami cher. Ce n’est pas la première fois qu’il exprime qu’en me lisant, sur mon blogue, il demeure sur sa faim. Et que mes toiles, souvent, sont surencombrées, qu’elles manquent de fluidité. Je m’investis trop peu à l’écrit, d’après lui, et j’étale trop de tout en peinture –lignes, mouvements, couleurs. J’étouffe le sujet, je crée de l’interférence sur mes toiles, pendant que mes textes souffrent d’être trop sages, ou trop fanfarons, en fonction de mon humeur. Je reçois ses observations précieusement. Elles ne sont pas exprimées pour enfoncer un clou, elles ont pour but, j’en suis certaine, de nous faire progresser mutuellement.

Puis j’ai rêvé à ma soeur, une nuit de cette semaine, et cela a fait surgir le thème de la famille, laquelle traîne à sa suite des histoires qui font émerger le passé, qu’il soit récent ou ancien.

Au lendemain de ce rêve, j’ai commencé un texte, d’ailleurs, dont le premier paragraphe relatait l’événement suivant : un invité à une fête de Noël s’était excusé, en fin de soirée, de m’avoir adressé une toute petite remarque de rien du tout qui aurait pu être mal interprétée, et il voulait vérifier qu’il ne m’avait pas blessée. Mon neveu, qui était à côté de moi à ce moment-là, avait répondu à ma place, dans un mouvement complètement spontané, qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter parce que j’étais habituée de recevoir des critiques ! Finalement, j’ai effacé ce paragraphe parce qu’il n’était plus en lien avec le sujet que je voulais aborder.

Je récapitule : 1. mon mari étant parti, suis-je plus encline à me confier, dans la solitude qui m’est offerte dans notre grande maison ? 2. Mon ami me soumet des remarques constructives quant à mes créations –écrites et peintes. Bien sûr, j’aimerais qu’il prenne plaisir à explorer mes inventions, mais si tel n’est pas le cas, je n’y peux pas grand-chose. Cela me déçoit et me chagrine un peu, c’est sûr. Il veut m’inciter à aller plus loin, et je ne me ferme pas à ses propositions, au contraire, je les accueille. Rien ne garantit, cela étant, qu’elles me feront écrire ou peindre mieux ou autrement, puisque j’écris et je peins en fonction de l’être que je suis, avec les moyens dont je dispose, et compte tenu de la manière dont mes expériences de vie m’ont façonnée. Je peux améliorer ces moyens, cependant, et aussi, sinon surtout, emprunter de nouvelles avenues qui répondraient à des besoins peut-être encore non apprivoisés ? 3. Puis il y a le thème de la famille qui m’a rappelé, par un enchevêtrement de liens, l’épisode de ma rupture avec J-Y.

Il me semble que je termine ce texte en n’étant pas tellement plus avancée.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s