Jour 52

Me voilà bien embêtée. Je sais comment je désire intituler ma toile, ce sera Les jeux olympiques, mais je ne sais pas comment je vais pouvoir la sauver. J’ai tracé une avalanche de lettres e que je n’arrive pas à organiser, il y en a beaucoup trop. Encore une fois, j’ai fait preuve d’un manque de mesure, d’équilibre. Je vais devoir en ensevelir au moins le tiers sous une couche d’acrylique bien opaque. Or, pour certaines, j’ai appliqué jusqu’à dix couches pour obtenir une lettre bien tracée, bien visible, qui se démarque du lot. Le rouge, on le sait, m’a donné de sérieux problèmes. Si je planifiais un peu plus mon approche, quand j’entame une toile, je ne travaillerais peut-être pas autant pour rien, mais je suis ainsi faite que je ne planifie pas…

De mémoire, à l’école primaire, on apprenait que le symbole des Jeux olympiques représentait, avec ses cinq anneaux entrelacés, les peuples de tous les continents. De nos jours, on considérerait que cette explication est bien raciste : le jaune pour les Asiatiques, le noir pour les Africains, le bleu –ici c’est moins raciste– pour la couleur de l’eau de l’Océanie. Je ne sais pas, ensuite, à qui attribuer le rouge et le vert. Le rouge à l’Amérique pour autrefois les Peaux rouges ? Je lui aurais plutôt associé le vert pour l’étendue de ses forêts de feuillus et de conifères.

J’apprends en consultant Wikipédia que les couleurs des anneaux olympiques sont celles qu’on retrouve sur les drapeaux de tous les pays réunis. Elles ne sont pas associées aux pigments de la peau, autrement dit. J’apprends aussi que le fond blanc du symbole olympique fait partie des couleurs en présence, donc on en arrive à six, et que, de la même manière, on compte non pas cinq, mais six continents sur terre : l’Asie, l’Amérique, l’Antarctique, l’Afrique, l’Europe, l’Océanie.

Si je consulte d’autres sources cependant, Europe et Asie s’unissent pour former l’Eurasie, tandis que la grande Amérique occupe deux parts du gâteau, celle du Nord et celle du Sud. Voilà qui nous confronte à la multiplicité des points de vue et des regards ! C’est sans oublier, en outre, que depuis quelques années, on parle du septième continent, celui constitué par les débris de matière plastique qui encombrent les eaux de l’océan Pacifique dans sa partie septentrionale. Il couvre semble-t-il une surface de six fois l’Hexagone.

Pour en revenir à ma toile que j’ai un temps intitulée Délétère éthérée, j’ai créé, oui, cinq masses dans lesquelles domine, pour chacune, une couleur différente, mais ce ne sont pas les couleurs olympiques. Oui j’ai une masse où prédomine le jaune, puis le vert et le blanc, mais j’ai aussi une masse qui explore l’orangé et une autre le sarcelle. Je vais me convaincre, dans les prochaines minutes, que je dois aller dehors, puis à mon retour, en fin d’après-midi, je vais passer des heures à fignoler mes masses.

Est-ce grave, est-ce pathologique que je fignole ainsi mes toiles pour obtenir si peu de résultats ? Que j’aie écrit autant sur mon blogue, et si longtemps, bientôt dix ans, pour si peu de lecteurs ?

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s