Jour 59

J’avoue qu’il y a de quoi me poser la question : est-ce que je trouve dommage qu’à mon talent inné pour l’écriture corresponde une –navrante ?– vacuité de contenu ? Comme l’écrit Mitterrand à Anne, je suis sur le versant descendant de la montagne, à bientôt soixante-deux ans il y en a plus derrière que devant. Or, qu’est-ce que j’aurai écrit de significatif, de prégnant dans ma vie ? Quel livre ma fille pourra-t-elle tenir dans sa main en affirmant, avec fierté, qu’il a été écrit par sa mère ?

Je peux faire facilement la liste de mes écrits :
1. Quelques dissertations que je prenais très très très au sérieux, au temps du baccalauréat, qui m’ont souvent valu la note A;
2. Un mémoire de maîtrise en création littéraire absolument pas structuré qui m’a valu la mention Bien.
3. Un D.E.S.S. en interprétation littéraire qui m’a valu la mention A+, que j’ai écrit avec une facilité déconcertante en peu de temps, sans m’y investir parce qu’il n’était pas le lieu de l’inventivité.
4. Une thèse de doctorat hors norme, pas universitaire pour une miette, basée sur à peine des bribes de réflexion intellectuelle, qui m’a valu une disparité de mentions –A de la part du seul prof qui avait développé une pratique en création littéraire, à savoir Roland Bourneuf qui est pourtant un professeur sérieux, B de la part de ma directrice de thèse qui était surtout une spécialiste des études féministes, C de la part du professeur invité que j’ai toujours soupçonné de ne pas avoir lu ma thèse.
5. Un recueil de nouvelles érotiques, mince comme tout, dont les textes sont de qualité inégale.
6. Un blogue duquel se dégage le parti pris, au fur et à mesure des années, d’explorer des futilités, comme si je m’étais dit que tant qu’à n’avoir rien à dire, j’allais m’en donner à coeur joie.
7. Quelques manuscrits soumis à des éditeurs, qui ont été refusés, la plupart parce qu’ils n’étaient pas aboutis, ayant été écrits à une époque de ma vie, mais pas seulement, où j’étais débordée de tout bord tout côté.
À cet égard, l’an dernier, j’ai écrit un récit autobiographique. J’ai eu la surprise de découvrir que mon passé ne m’intéressait pas tellement. J’ai eu l’impression de ressasser de vieilles affaires. J’aurais pu tenter d’aborder ces vieilles affaires avec un regard nouveau, moi qui me rabats sur le dos du Frère Jérôme pour encourager la recherche d’un point de vue inexploré, inusité, unique, peu importe le thème.

Dois-je en conclure que j’ai peur de m’introspecter, d’aller au-delà des faits pour explorer mes émotions ? Si je devais être née pour écrire quelque chose qui s’adresse à l’univers intérieur, aux émotions, justement, il commencerait à être temps que je m’y mette ! Les gens qui me lisent ont presque tous le même commentaire, à savoir que ma candeur, ma naïveté, ma spontanéité les « rafraîchissent ». Comment ça se fait que je ne suis pas tentée d’aller au-delà de cette trinité ?

Est-ce que l’acteur qui privilégie les comédies se demande, lui aussi, s’il n’a pas dévié d’une voie qui aurait pu le conduire vers du contenu plus sérieux ? La personne qui est née avec l’oreille absolue et qui n’aura jamais fait de musique de sa vie, finira-t-elle par regretter de ne pas avoir exploité cette particularité avec laquelle elle est née ?

Beaucoup de questions. Il me reste encore cinquante-huit occasions d’y revenir peut-être.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

3 réponses à Jour 59

  1. Jacques dit :

    Mot facile et un peu vulgaire: je crois que dans ton cas,
    « il y en a plus derrière que devant » s’applique certainement à ton âge, mais heureusement
    pas à ton corps! 🙂

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s