Jour 60

Par un matin de presque angoisse, en réalisant à quel point je ne savais plus vers quoi me tourner pour garnir mon écran blanc, j’ai décidé d’entamer une série vestimentaire. Elle a été suivie d’une série joaillière qui m’a laissée sur ma faim, contrairement à cette première série qui m’a, tout compte fait, rassasiée.

Je voulais explorer une autre avenue que celle du récit de mes journées –toutes plus ou moins pareilles. J’aurais pu, bien sûr, me tourner vers un domaine moins superficiel. En même temps, et dans la même veine que celle préconisée par le frère Jérôme, tous les sujets peuvent être abordés sous un angle insoupçonné qui leur donne une couleur inusitée.

Encore une fois, je ne me rappelle pas de ce que j’ai écrit à propos de mes vêtements. L’exercice cependant a eu ceci de positif qu’il m’a fait prendre conscience que plusieurs d’entre eux garnissaient mes tablettes pour une mauvaise raison : j’aimais ces vêtements, mais ils ne m’allaient pas bien. Ils ont tous pris la direction de la St-Vincent-de-Paul au terme de mon expérience. J’appréciais sur tel chandail, par exemple, la couleur intense du rouge et le bouton plat de couleur dorée, mais il était trop vieux et deux fois trop grand; j’aimais la fibre utilisée dans le tricot de telle veste, mais elle était tellement mal confectionnée que les coutures gondolaient sur les côtés, etc.

Pour ajouter une difficulté au défi, j’avais envisagé de porter toute la journée le vêtement qui se présentait sur le premier cintre de ma garde-robe, le lendemain le vêtement du deuxième cintre, jusqu’à la fin du défi de trente jours. J’ai tenu quelques jours, jusqu’à ce que ce soit le tour d’un tricot chaud par une journée chaude.

Cela avait fait mon affaire de rompre ma promesse de porter le vêtement du jour, parce que ce n’est pas agréable de porter un vêtement dont on n’a pas envie. D’ailleurs, je m’étais dit –et je ne l’ai pas fait– que je pourrais explorer cet aspect à tendance psychologique : qu’est-ce qui fait qu’on ne se sent pas bien quand on porte un vêtement qu’on aime mais dont on n’a pas envie ce jour-là ? Qu’est-ce qui fait que certains individus vivent ce problème –c’est mon cas– quand d’autres ne se rendent même pas compte qu’il existe –c’est le cas de mon mari.

Avec Denauzier, nous étions allés chercher un buste de mannequin pour que je puisse photographier mes vêtements autrement que suspendus à un cintre maigrichon retenu par un crochet derrière la porte de la salle de bains. Nous avions abouti dans un fond de rang pas rassurant, mais le déplacement m’avait fait revenir à la maison avec un buste féminin auquel deux doigts manquaient à la main droite. Une fois installés sur le buste, les vêtements étaient forcément plus attrayants.

Je m’étais défini la routine suivante : d’abord je prends le vêtement du cintre du jour, je l’installe sur le mannequin que j’avais déposé sur une table, en m’amusant avec quelques objets qui pouvaient, ou non, apparaître sur la photo, tels une paire de lunettes, un bibelot en forme de pomme, une plante… Je prenais quelques photos du résultat, je déshabillais le mannequin pour m’habiller moi-même en enfilant ledit vêtement, auquel j’adjoignait un leggins ou un pantalon, dans la mesure où la section des vêtements pris en photo était exclusivement réservée aux hauts, à savoir blouses, chemises, chandails, vestes.

À un moment donné, j’avais appliqué la recommandation d’une prof qui nous encourageait à toujours aller plus loin, à dépasser les limites, à exagérer. J’avais donc couvert le buste d’une dizaine de couches qui avaient créé un bariolage de couleurs et d’imprimés qui ne me disaient rien, or une lectrice m’avait écrit pour féliciter ma folie.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s