Jour 99

Incroyable, je me répète. Le numéro du texte d’aujourd’hui ne requiert que deux chiffres ! Ce texte sera le récipient, le lieu de consignation de futiles réflexions, de menus événements insignifiants, comme presque tout le temps.
Je vais écrire, par exemple, que j’ai pris plaisir, ce matin, à regarder à travers la fenêtre de notre chambre mon mari qui installait des chaînes aux quatre grosses roues de son tracteur. Quand il a eu terminé, il a esquissé un sourire de satisfaction en replaçant sa casquette. Le tracteur étant pourvu d’un souffleur, Denauzier a décidé qu’il déneigerait notre entrée, cette année. Pas parce qu’elle était mal déneigée par l’entrepreneur. Ou que le service coûtait trop cher. Simplement parce qu’il s’est acheté un tracteur et qu’il adore l’utiliser.
Il aime se créer de nouveaux défis. J’encourage cette attitude. Ce serait dommage qu’il se limite, qu’il rétrécisse sa vie, sous prétexte qu’à soixante ans il faut être prudent et ne pas s’exposer au froid, entre autres prétextes. S’il s’avère que l’exercice ne lui plaise pas plus que ça, il n’aura qu’à reprendre contact avec l’entrepreneur l’année prochaine, de toute façon.
Paradoxalement, mon mari peut émettre des hypothèses qui suggèrent l’exact contraire de l’initiative et de l’ouverture à une certaine forme d’aventure, à nos toujours soixante ans. Il n’y a pas longtemps, il a mentionné que l’on pourrait envisager de vendre notre propriété dans une couple d’années, quand on trouvera trop difficile de monter et de descendre les escaliers qui mènent aux chambres à coucher.
– C’est exagéré. Ou disons que c’est prématuré au moment où on se parle, ai-je décrété.
– Tu as raison, a-t-il dit. On verra dans le temps comme dans le temps.
Une autre chose insignifiante pourrait s’ajouter à celle qui précède et qui s’articule autour des chaînes sur les roues du tracteur. Cette chose est la suivante : j’ai remarqué que lorsque je me trouve cocotte, j’ai tendance à dire, tout haut, sur un ton excédé, « Franchement ! ». Ainsi ce midi. Je devais partir pour un rendez-vous à Joliette et je me préparais quelque chose à manger, sachant que je ne serais pas de retour à la maison avant seize heures. Je me suis fait cuire des oeufs de dinde, à la coque, je les ai écalés, tranchés, puis j’ai voulu les napper d’un peu d’huile d’olive. Or, un bol contenant de la vinaigrette –à base d’huile d’olive– était déposé juste à côté de l’endroit où je m’étais installée. Cherchant la bouteille d’huile d’olive, et posant en même temps le regard sur le bol de vinaigrette dont j’avais oublié l’existence, le mot « Franchement ! » est sorti tout seul de ma bouche. Il signifiait que j’étais cocotte de n’avoir pas pensé à utiliser la vinaigrette qui n’attendait que ça, cocotte d’avoir cherché à la place la bouteille d’huile, cocotte de n’avoir pas eu le réflexe d’utiliser ce restant d’hier dans le but évident d’éviter le gaspillage, cocotte en général quand on en vient au sens pratique qui me fait si souvent défaut.
Une autre insignifiance. J’étais étendue sur le canapé et je me payais un petit repos, dernièrement. Je me suis mise à penser à Céline Dion. Je me suis dit qu’elle était forcément une très grande consommatrice de fond de teint. Je me suis aussi mise à me demander quelles pouvaient bien être ses marques préférées, et s’il s’agissait de marques hors de prix ou de marques qu’il m’est arrivé d’utiliser moi aussi dans ma vie.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s