Jour 134

Le 23 était à nouveau jour de déplacement à Montréal pour, en compagnie de ma grande soeur, nous rendre nettoyer l’appartement d’Emma. Un coup de pouce pour démarrer son trimestre d’études, trimestre qui la verra les sept-huitièmes du temps installée au bureau qu’elle s’est aménagé dans la petite pièce qui donne sur la rue, mignonne comme tout cette pièce bien éclairée directement reliée à la galerie. Parce qu’elle est bien éclairée, j’avais apporté des plantes, cactus et succulentes, qui tiendront compagnie à ma fille pendant l’année. J’avais peur de ne pas avoir la force de passer à travers ma journée, mais finalement j’en ai eu la force, et je dirais qu’elle m’a été insufflée par l’énergie enthousiaste qui émane de mon aînée. Il faut dire qu’elle adore récurer, frotter, faire briller. Merci Bibi.
Le 24 était jour de retour au chalet, un jeudi, alors qu’habituellement, comme il en est fait mention dans mon texte précédent, nous faisons la route pour nous y rendre le vendredi. Une souris prisonnière d’une trappe nous a accueillis.
Le 25 fut jour de tour du lac en quatre roues. Je m’étais habillée comme un oignon, la pelure finale étant celle de mon habit de motoneige. Or il faisait doux, et à chaque arrêt pour profiter des beautés de la nature, pour boire de l’eau en ce qui me concerne et de la bière en ce qui concerne mes compagnons de route, pour nous délier les jambes aussi, à chaque arrêt je m’empressais d’enlever mon manteau pour ne porter que ma salopette dont j’ouvrais les fermetures éclairs sur le côté de chaque jambe pour recevoir un peu d’air.
Il n’y a pas d’érables qui deviennent rouge feu, rouge sang, dans cette région du nord de St-Michel-des-Saints. Les couleurs automnales sont le jaune, un peu l’orangé et le rouille, essentiellement.
Le 26 a commencé sur une matinée de promenade dans le sentier que l’on appelle De la sablière, avec ma belle-soeur et cette voisine que j’affectionne et dont il a été question dans un texte précédent. Quand même, nous avons marché cinq kilomètres, d’un bon pas. En après-midi, nous avons clos la saison du ponton en nous rendant jusqu’à l’autre bout du lac visiter un ami. À l’occasion de ce genre de sortie, on apporte nos chaises pliantes, nos boissons et des croustilles pour ne pas arriver les mains vides. On s’installe dehors tout le monde et on profite de la journée délicieuse en se laissant caresser par le vent doux, en ce sens qu’un vent doux, hier, était au rendez-vous.
Nous sommes aujourd’hui le 27. La porte patio est grande ouverte me faisant savourer la musique symphonique des arbres qui valsent. Mon mari vaque aux occupations de fin de saison parmi lesquelles la fermeture de l’acheminement en eau. En fin de journée nous ferons le trajet, qui ne demande qu’un petit deux heures, du retour à la maison.
Le 28, voilà j’y arrive, est le jour de naissance de papa. Il aura 90 ans. La dernière fois que je suis allée le visiter au CHSLD, j’ai été prise d’un tel coup de cafard que je n’ai pas, égoïstement, eu la force de le nourrir. Il dormait, la préposée m’a dit qu’il y avait de fortes chances qu’il ne soit pas mort de faim lorsqu’il se réveillerait, alors je suis repartie. Depuis, je pense que les conditions de visite se sont resserrées à cause du regain covidien. Je ne sais pas comment on m’accueillera mardi prochain, après mon cours de dessin. Le 28, encore, c’est demain. Puisque je suis rendue à y faire référence, c’est que j’aurai réussi à parcourir mon passé récent –pendant lequel je n’ai pas écrit– pour me rendre jusqu’à un futur très très proche. Ça veut dire qu’à partir de demain, je devrai me tourner vers un autre thème que celui de la récapitulation des événements pour noircir mon écran.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s