Jour 174

cercles

Ça fait beaucoup de petits cercles.

Parfois, il me prend l’envie de me chronométrer, et je le fais.
– Coudon, c’est donc bien long couvrir un petit cercle de rien du tout !
Alors je me chronomètre, en utilisant pour ce faire mon téléphone cellulaire, pour découvrir que ça prend entre 10 et 15 secondes colorier un cercle de moyenne grosseur, or comme il y a beaucoup de cercles dans ce pseudo flocon de neige, ça cumule vite beaucoup de minutes.
Je travaille avec minutie, alors que le projet sera suspendu en hauteur, dans un cadre de grand format, sur le mur du toit cathédrale, et qu’il n’est pas indispensable que les masses soient uniformément couvertes. Mais je suis faite comme ça, je suis minutieuse par moment. De toute façon, si c’est pour bâcler le travail, à quoi ça sert de m’y consacrer ?
J’ai retrouvé le titre de la chanson de Maxime Le Forestier, c’est Inutile, et les paroles auxquelles je faisais référence dans un texte précédent sont les suivantes : « Nous sommes entrés Dans une pauvre ère Et la fin d’ siècle n’a rien dit ». La chanson paraît sur le disque Passer ma Route, qui a été publié en 1994.
Cette année-là j’avais 35 ans, je travaillais à l’université depuis peu, trois ans. Je n’étais pas encore victime de l’ennui que procure l’accumulation des années de travail au même endroit quand une routine s’installe et qu’il n’y a pas suffisamment de nouveautés pour un tempérament inventif comme le mien. Autrement dit, j’étais à la veille de m’ennuyer et bien entendu je ne le savais pas encore ! J’étais à la presque veille, tout étant relatif dans la courbe du temps, de devenir maman, Emmanuelle étant née en 1996. J’étais publiée aux Herbes rouges et en voie de me percevoir comme une écrivaine qui allait devenir connue, sans avoir pour autant à fournir le moindre effort…
Je fais souvent, dans ma tête, de telles récapitulations de mon parcours d’humaine sur la planète terre, pour trouver malheureux, la plupart du temps, de n’avoir pas su profiter mieux des occasions qui se sont présentées. Il aurait fallu, peut-être, que je bénéficie d’un meilleur départ au cours de mon enfance, que j’aie des parents solides qui auraient pu me faire découvrir l’importance de faire de bons choix. Il n’y a rien de plus facile, cela étant, que d’avancer de telles suppositions, avec le recul dont on dispose quand on avance en âge. Je n’aurais peut-être pas été mieux outillée avoir eu des parents qui m’auraient encadrée différemment. Ce que je peux avancer, dans cet exercice rétrospectif très grossièrement brossé aujourd’hui, c’est que je n’ai pas été habitée par le désir de me réaliser, d’aller plus loin dans mes concrétisations, de me donner à fond. Je me suis contentée de me laisser porter, j’ai emprunté maintes fois telle et telle avenues en sachant, dès le premier pas, qu’elles n’étaient pas les bonnes, et en me disant que Bof, le moment venu, j’en sortirais, peu importe comment, et peu importent les conséquences. La lucidité, en somme, était le dernier des instruments dont je me servais. La volonté, aussi, était particulièrement absente. Mais pour être volontaire, il faut avoir confiance en soi, croire en ses capacités, être désireux d’au moins tenter de solliciter ses capacités…

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Une réponse à Jour 174

  1. Jacques Richer dit :

    Pas facile, cette mosaïque très dense de couleurs! Tu ne manques pas de patience!

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s