Jour 183

 

voilette

La mariée avec sa belle voilette.

Est-ce que ça fait dix jours que j’ai écrit, ou est-ce que ça fait dix jours que je n’ai pas écrit ? En tout cas, chose certaine, ça ne fait pas dix jours que j’ai écrits ! Je ne maîtrise plus aussi bien qu’avant la seule langue que je parle. Le plus affolant, c’est que je n’ai pas envie, comme autrefois, de trouver tout de suite la réponse à ma question. Je n’ai plus envie de fouiller dans ma grammaire, ce bon vieux Grévisse, pour éliminer cette lacune supplémentaire. Je me dis :
– Bof, je chercherai à un moment donné.
C’est peut-être l’effet de la campagne sur ma personne, ou de la retraite, et de l’âge qui vient avec. Je me vis de manière nonchalante. Ce n’est pas que ma langue m’intéresse moins, c’est que je crains de m’exposer à la possibilité de ne pas trouver la réponse, ou, si je la trouve, de ne pas la comprendre, ou, si je la comprends, que cela ait été au prix d’une gymnastique neuronale susceptible de m’étirer quelque ligament cervical !
Toujours est-il que mon dernier texte a été écrit dans le bois, au chalet, en écoutant Joël Le Bigot à la radio qui disait :
– On s’en va tous nulle part, à quoi ça sert de se dépêcher ?
Je pensais écrire un texte en lien avec cette réflexion quant à notre destination humaine ultime et définitive, mais dix jours plus tard je n’en ai plus envie. Il faut sauter dans le train quand il passe, comme on dit.
Qu’est-ce qui justifie cette non écriture ? Rien de précis. Un peu de tout. Beaucoup de jardinage, ça c’est sûr, tant et si bien que mon mari, qui m’a aidée, m’a dit récemment :
– On va en venir à bout chérie. On ne se laissera pas abattre. On va prendre le dessus. On va y arriver, etc.
J’ai calculé qu’il y a treize zones d’entretien sur le terrain, treize endroits où j’ai planté des vivaces pour obtenir un jour quelque arrangement paysager intéressant, pour ne pas dire même, de manière idéaliste, quelque arrangement ravissant. Avec les années, ça en fait maintenant cinq, la croissance des plantes aidant, l’effet général, esthétiquement parlant, a tendance à s’améliorer. À certains endroits, les plantes ont poussé en masse, à d’autres elles prennent leur temps. J’ai réussi, en ces dix jours de non écriture, à nettoyer ces treize zones, à les bichonner, à leur faire entamer un été sans l’inconfort des feuilles mortes et autres tiges sèches qui cohabitent mal avec les jeunes pousses vert tendre.
– Maintenant que le gros est fait, ai-je dit hier à Denauzier, il ne me reste plus qu’à entretenir les plates-bandes. Ça sera moins exigeant.
Est-ce que ce sera vraiment moins exigeant ? J’en doute un peu. De nouveaux problèmes vont se présenter –les scarabées des rosiers, les araignées rouges…
Une chose me turlupine. C’est en grande partie en raison de la Covid que je travaille autant dehors parce que j’ai plus de temps. Je ne me rends plus nourrir papa une fois par semaine, je ne vois plus tantine selon la même fréquence hebdomadaire, je ne magasine plus, hormis la visite que j’ai faite à la pharmacie pour m’acheter des fonds de teint et des savons, je ne vois pas non plus les amis voisins… J’utilise très peu mon véhicule… Alors, comment est-ce que je m’en sortais par les années passées, sur le plan de l’aménagement du terrain ? Je tournais les coins ronds ? Il y en avait moins à faire car je n’avais pas créé autant de plates-bandes ? Pourquoi est-ce que j’en crée autant ? Pour le simple et seul plaisir d’inventer, d’innover, de m’exposer à de la nouveauté.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s