Jour 201

Mon ami Y. Est tellement habitué de vivre seul que le confinement, pour lui, ne fait pas grand différence. Il sort tous les matins pour aller courir. Il travaille de la maison. Six heures, au lieu de sept. Il fait en six ce qu’il faisait au bureau en sept. La seule chose qu’il déplore, c’est son installation précaire, son ordinateur occupant presque toute la surface de la petite table dont il dispose. Je pense aussi, si je me rappelle bien, car notre conversation n’est pas tellement récente, que l’ordinateur est branché à un câble trop court. En bout de ligne, il a mal au dos quand il finit ses journées, mais il avait déjà mal au dos avant le confinement.
De toute façon, à mon sens, le confinement est déjà chose du passé.
Mon amie N. N’a jamais été si heureuse, si comblée que depuis que tout son petit monde vit confiné sans quitter la maison. Sa fille étudie dans sa chambre, son fils dessine au sous-sol, son compagnon travaille à distance dans la pièce de séjour. Elle bénéficie de la prestation canadienne d’urgence. Elle n’est plus obligée de courir après le temps. Sa vie au quotidien requiert moins d’effort. Chacun, dans ce cocon familial, est moins stressé qu’en temps normal. Elle ne peut pas demander mieux.
Mon amie E. s’ennuie du centre de sport où elle se rendait trois fois par semaine se dépenser sur des appareils. À la place, elle marche dans son quartier, en compagnie de sa fille. Comme elle est retraitée, sa vie n’a pas tellement changé avec le confinement, sauf pour le centre de sport. J’imagine qu’il va bientôt rouvrir.
Ma fille E. à Strasbourg. Commence à avoir hâte au déconfinement, mais elle a très bien vécu l’expérience. Elle ne pouvait pas imaginer qu’elle serait maintenue captive de son appartement pendant tant de temps, quand elle est arrivée en septembre 2019 ! Il lui reste dix jours de solitude à traverser.
Mon amie R. N’a pas vécu d’expérience plus éprouvante que ce confinement qu’elle appelle la Grande tourmente. Elle est coupée de ses petits-enfants, coupée de la ville alors qu’elle est fondamentalement urbaine, et elle a vécu le décès d’une proche il y a quelques jours. Malgré tout, lors de notre FaceTime, je lui ai trouvé bonne mine. Sa voix était aussi enjouée qu’à l’habitude.
Mon amie M. A profité de l’occasion pour entamer un projet d’écriture, pour faire du rangement, du ménage, mettre ses choses à l’ordre. N’a pas souffert une miette mais Montréal, sa grande amie et ses enfants lui manquent.
Mon amie L. Ah ! Mon amie L. Tellement poète ! « Il y a des tensions », m’a-t-elle dit, « et ma fille n’est pas suivie autrement qu’au téléphone pour sa grossesse. » Mais au moins elle n’a pas vécu d’inondation cette année, contrairement à l’année précédente.
Mon amie T. Vit confinée dans la campagne à l’année. Mais quand même, se filmer faisant ses asanas de yoga seule et non devant sa classe ne l’excite pas outre mesure. Après deux séances filmées qu’elle a versées sur YouTube, elle s’est tournée vers la cuisine et vers de longues marches dans le bois en compagnie de sa chienne.
Entendu à la radio cet après-midi pendant le trajet nous menant au chalet, de la bouche de l’animatrice : « Tout en respectant les règles de distanciation, n’hésitez pas à aller serrer la pince des propriétaires (d’une pépinière des environs). »
Comme quoi, dans l’esprit des gens, et certainement du mien, on ne va pas tarder, dans ce contexte de distanciation théorique, à se remettre à vivre comme avant.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s