Jour 277

Rideau-en-bille

Un rideau de billes qui ne serait pas fait avec des billes…

Le présent prend déjà le dessus. Dans quelques jours, j’aurai oublié mon séjour européen. Pour m’en rappeler, j’aurai recours aux photos et vidéos enregistrés sur mon téléphone. Heureusement, il y en a beaucoup d’enregistrés. Cela me fait penser aux vacances d’été, du temps que je travaillais à l’université. J’oubliais qu’elles avaient existé dès que je remettais les pieds, le lundi matin première heure, dans le pavillon où se trouvait mon bureau.
– Comment ont été tes vacances, Lynda ?, me demandaient les collègues.
– Euh…
La question, pourtant prévisible, me prenait de court tellement l’univers professionnel évacuait l’autre, le personnel.
Je n’ai pourtant rien fait de spécial depuis mon retour, le 9 janvier au soir, qui pourrait balayer par son grand intérêt les images mentales de mon récent voyage. C’est à peine si j’ai fait une tournée de mes plantes –pour constater que j’en ai trop et que je voudrais entamer l’année dans un certain élagage à cet égard. J’ai fait des siestes et je me suis accordé du repos en écoutant des films, au côté de Denauzier, pour me guérir de mon rhume, et lui du sien. Je commence à aller mieux. Je n’ai pas mis le nez dehors à cause de mon état physique, mais surtout à cause de la température. Il paraît que c’est la première chose qu’il faut faire, mettre le nez dehors, surtout en hiver, pour se débarrasser de ses microbes, mais à cause du froid –relatif, il fait -10°C– c’est la dernière chose dont j’ai envie.
Quand j’étais en France, dans les derniers jours qui m’ont vue arpenter seule les quartiers de Strasbourg, Emma ayant repris ses cours à l’université, je projetais de créer des sculptures à mon retour. Je marchais le long de l’Ill, c’est le nom de la rivière qui traverse la ville, en ayant à l’esprit toutes sortes d’inventions qui, bien entendu, allaient dans tous les sens. Il se trouve que j’ai donné quatre toiles à mon frère et à sa compagne, mi-décembre, et j’essaie de trouver une manière nouvelle d’égayer les murs, à la maison. Une manière qui ne me demandera pas 300 heures de coups de pinceau miniature pour couvrir un centimètre carré. Je marchais le long de l’Ill et je visualisais un mur étonnamment habillé dans notre entrée au toit cathédrale, sans que ce soit pour autant compliqué. Je pensais à une tringle, d’un bon deux mètres de long, à laquelle pendraient des fils couverts de toutes sortes de petits objets récupérés dans la maison. Je marchais sur les pavés et je traversais des ponts en me demandant quels seraient ces objets. Pas des bouchons de liège, ça fait trop folklorique; pas des capsules de bouteille car il faudrait que je me batte avec elles pour les trouer; pas des billes de verroterie, comme on en voit sur ma photo ci-dessus, pour la simple et bonne raison que je n’en ai pas; pas des trombones de couleur parce que ça fait trop scolaire… Devrais-je opter pour des fils de même longueur ou non ? Ou tricoter des languettes étroites en remplacement des fils ? La difficulté, dans ce genre de projet, c’est de ne pas verser dans l’effet « déco » et de maintenir une visée « artistique ». Une chose est sûre, je n’observais qu’à moitié les cygnes et les canards qui se laissaient glisser sur le miroir de l’eau, par cette belle journée sans le moindre souffle de vent…

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s