Jours 286 et 285

bombeta

Bombeta de Barceloneta

À marcher comme on marchait, on mourait de faim. Aurais-je trouvé si bons les tapas, ne pas avoir eu l’estomac dans les talons ? Je dirais que oui.
Barcelone, gentilé Barcelonais. Destination idéale pour nous sortir du gris brouillard français, strasbourgeois et parisien.
Catalunya. Plaça de Catalunya.
– J’aimerais habiter par ici, m’a dit Emma.
– Pourquoi ?
– Parce que j’aime prononcer le nom. Quand on me demanderait où j’habite, je prendrais plaisir à prononcer le nom, Catalunya !
De Barceloneta. Bombeta de Barceloneta. Autres mots qu’Emma affectionnait au point de les prononcer sans raison, en marchant. Les bombetas se mangent, je trouve que ça ressemble à nos carrés de fondue parmesan, avec plus de saveur.
Emma, bien sûr. J’avais réservé une chambre dans une chaîne d’hôtels aux prénoms féminins : Room Mate Anna, ou Carla, ou Emma. Hôtel de charme, est-il écrit sur une affiche publicitaire à l’entrée. Comment pourrait-il en être autrement ?
Familia. Sagrada Familia. On n’a pas pu la visiter. Les gens achètent leurs billets à l’avance, par Internet, et quand on arrive devant la basilique on découvre qu’on ne peut pas entrer. Sold out !, est-il écrit sur un grand panneau.
Gaudi. Antoni Gaudi. Nous avons visité une des maisons qu’il a conçues. Il les créait en modèle réduit, en terre glaise si j’ai bien compris, sans plan, et expliquait ensuite aux ingénieurs, au fur et à mesure des travaux, ce qu’ils avaient à faire. Apparemment, ce n’était pas facile pour les ingénieurs.
Holà ! Holà senora ! Holà senorita !
Il faudra qu’on y retourne, si la vie nous le permet, et bien qu’il y ait beaucoup de grandes villes à visiter de par le monde.
Joan Miró. Une autre affaire. Je pensais voir au MACBAC, le Musée d’art contemporain de Barcelone, des toiles de Joan Miró, mais nous n’avons pas trouvé l’endroit où sont regroupées les œuvres du fond permanent. Nous n’avons vu que les expositions temporaires !
Karaoké. Un homme nous a donné un carton sur lequel était imprimées les coordonnées d’un bar où nous aurions pu, le soir, aller chanter. Nous n’y sommes pas allées. L’idée d’y aller ne m’a même pas effleurée.
L‘achat des billets en ligne est une bonne affaire pour ceux qui procèdent ainsi, et une mauvais affaire pour ceux qui ne savent pas qu’ils peuvent procéder ainsi. C’est comme pour toute chose, dans la vie, il est préférable d’être bien informé.
Musée Picasso. Idem, sold out, on n’a vu que l’édifice, de l’extérieur.
Nutella. Quand on avait trop faim, on s’arrêtait acheter une crêpe au Nutella d’un crêpier ambulant. Je prenais plaisir à le filmer et à comparer sa technique avec celle du crêpier précédent. Les meilleurs crêpiers sont bien sûr ceux qui maîtrisent le plus leur technique et qui procèdent avec assurance.
Officielles. Le catalan et l’espagnol sont tous deux langues officielles dans la ville.
– ¿Para comer?, demande la serveuse du restaurant en nous voyant entrer.
– Si !, répond Emma du tac au tac.
Ma fille ne perd pas de temps à apprendre les langues.
– Comment fais-tu pour la comprendre ?, me suis-je étonnée.
– C’est facile maman !, a répondu Emma avec sa légèreté habituelle. La serveuse nous demande si nous voulons manger.
Quartier gothique. Il est constitué de ruelles, qui donnent sur des places, qui donnent sur d’autres rues sombres, qui donnent sur des places… J’y aurais passé les soirées entières d’un été entier.
Ramblas. Les ramblas sont noirs de monde même en hiver, je me demande ce que ce doit être en été. Le côté sud des ramblas mène au port, et le port est construit sur la Méditerranée. Les voiliers entrent au port moyennant l’ouverture d’une passerelle réservée aux piétons. Autrement dit, cette passerelle joue le rôle d’un pont-levis. Je le sais puisque je l’ai vu de mes yeux vu. Tout d’un coup une alarme sonne, des cordons sont installés pour empêcher la foule de progresser sur la passerelle, la passerelle se divise en deux parties, chaque partie pivote, les voiliers passent, la passerelle se referme, on enlève les cordons, la foule recommence à marcher.
Si ! Lorsque la serveuse nous a demandé si on voulait manger, j’ai répondu en anglais que nous étions deux personnes. Pour être encore plus précise, j’ai montré deux doigts d’une main, l’index et le majeur, et de la même main j’ai en outre représenté que nous étions deux personnes, pointant Emma et me pointant moi.
Tapas. Il n’y a rien de meilleur. Ceux qui auront lu mes « stories » sur Facebook m’auront vu frissonner de plaisir à les manger.
Une paëlla a aussi été au menu, un soir, dans un café. Nous avons remarqué qu’une jeune femme de l’âge d’Emma, à une table non loin de la nôtre, portait une veste matelassée arborant le nom de l’Université de Montréal.
– Elle est peut-être française, ou espagnole, et aurait fait une année d’études au Québec ?, nous sommes-nous demandé, sans nous soucier d’aller vérifier l’exactitude de notre supposition.
Vassilakis. Panagiotis Vassilakis Takis. C’est le nom de l’artiste qui crée des œuvres en faisant bouger des objets métalliques dans des champs électromagnétiques. Nous avons passé beaucoup de temps à les observer. C’était en plein dans les cordes scientifiques de ma fille. Elle a aimé l’exposition.
Wagons et trams et trains et autobus n’étaient pas en grève en Espagne !
X. Je laisse faire le X, il n’y a rien qui vient.
Y aurait-il eu oubli du Parc Güell ? Nous y sommes allées un après-midi entier. Un musicien jouait à la cithare un air tiré du film Amélie Poulain. J’avais l’impression de me rendre tranquillement au paradis, en l’écoutant et en montant, car effectivement nous montions jusqu’au sommet de la butte du parc pour y admirer la vue sur la mer et les cargos. En arrière-plan sonore, des perroquets, qu’on voyait se poser d’une branche à l’autre.
Zoo. Il y a un zoo à Barcelone, que nous n’avons pas visité.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s