Jour 352

Ma tante, pas la tantine habituelle présente dans plusieurs de mes récits, une autre tante, s’en va sur ses 87 ans.
– On vit vieux, de nos jours, s’amuse-t-elle à répéter.
J’aimerais avoir l’occasion de lui demander comment on se sent quand on se situe si près de la barrière de la fin. Est-ce que ça se peut qu’on ne pense même pas qu’il y a une barrière ? Ou est-ce qu’on se concentre sur chaque millimètre qui nous en sépare ? Est-ce qu’on savoure ce millimètre pour ce qu’il est, sans qu’y soit associée une quelconque forme de plaisir ? Est-ce que le millimètre en tant que tel, autrement dit, ne devient pas lui-même le plaisir ? La preuve tangible qu’on est encore en vie ? Si tel est le cas, c’est l’fun de vieillir, surtout si on est pauvre, car on économise en titi ! On n’a besoin de rien d’autre, fondamentalement, que de la capacité d’apprécier ce millimètre.
En regardant les photos que je prends avec mon téléphone, je suis tombée sur une photo de cette tante. J’ai montré la photo à notre petite-fille qui me tournait autour avec son ballon.
– Regarde comme cette dame est belle, lui ai-je dit.
La petite s’est arrêtée de bouger, son ballon entre les mains, pour fixer la photo. Ses yeux n’ont pas vu la beauté de ma tante, mais plutôt les marques de son âge, à savoir les rides nombreuses qui plissent sa peau autour de la bouche.
– Pourquoi elle a la bouche toute brisée ?, fut sa réponse.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Une réponse à Jour 352

  1. telavivcat dit :

    bonjour, l’expérience de la vieillesse est surement différente d’une personne à une autre et dépend surtout de la façon dont on a appréhendé le sujet tout au long de sa vie. Celles qui ont refusé d’en parler, qui ont dissimulé les stigmates du temps, sont surement celles pour qui la fin de vie sera plus difficile car le pli étant pris, elles éviteront jusqu’au bout de regarder la réalité en face. Mais pour celles qui ont su vivre consciemment les différentes étapes de leur vie, ce troisième âge est une époque qu’il ne faut pas manquer. Le rythme ralentit, ce qui permet de sélectionner et de mieux voir les choses, beaucoup de responsabilités comme celles d’élever des enfants, d’avoir un travail, de gérer un foyer sont derrière nous et il ne nous reste maintenant qu’à nous laisser porter à vivre les événements que nous avons sélectionnés, à trouver le temps de faire ce que nous nous étions promis et très souvent inconsciemment, à préparer notre denier voyage en l’acceptant puisqu’il est inéluctable.
    Et puis, dernier petit truc qui peut inciter à vouloir en savoir d’avantage : N’y a t il rien après la mort ou bien est ce le début d’une nouvelle vie ?

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s