Jour 353

Au retour de mes deux amis, le médecin confirme que j’ai besoin de deux seringues de 90 mg et d’une seringue de 45 mg.
– Quand je prends du Lovenox, ai-je précisé, et initiant ici le travail d’équipe, on me prescrit une quantité de 80 mg.
– Ah bon ?, a répondu le médecin, en navigant sur l’ordinateur pour trouver les formats disponibles des seringues en question.
– Je constate en effet qu’il ne se vend pas de format de 90 mg, alors allons-y pour du 80.
– Donc, je dois prendre du 40 mg et non du 45, j’imagine, selon la même logique ?
– Vous avez raison, a-t-il répondu, en demandant à la résidente de corriger les chiffres sur l’ordonnance.
Ensuite, il m’a auscultée en prenant son temps.
– Est-ce que vous entendez deux souffles ?, ai-je demandé lorsqu’il a eu terminé, voulant en cela confirmer les propos de la résidente qui m’avait auscultée aussi et dit qu’elle entendait deux souffles.
– J’entends un souffle à la mitrale, et très légèrement un souffle à l’aorte, a-t-il répondu.
Puis, il nous a quittées en me souhaitant bonne chance et en me disant que tout allait bien se passer.
C’est ce que je crois aussi, honnêtement, que tout va bien se passer. Je critique et je fais ressortir les erreurs de parcours, mais ces erreurs surviennent parce que nous sommes tous des humains, et non parce que les gens ne font pas bien leur travail.
– Je dois vous faire rencontrer l’infirmière, maintenant, m’a dit la fine brindille en me tendant l’ordonnance qu’elle venait de rédiger pour l’achat du Lovenox. Cela va clore votre visite d’aujourd’hui, a-t-elle ajouté.
Une fois devant l’infirmière, dans son bureau, nous constatons qu’il manque la mention à la seringue de 40 mg, sur l’ordonnance. Voilà l’infirmière qui part à courir pour attraper le médecin ou la résidente, peut-être déjà partis dîner. Elle revient avec l’ordonnance ajustée.
– Pour le reste, m’a-t-elle dit en se rasseyant, vos prélèvements sont parfaits, le sang ne manque pas de fer et nous avons bien entendu vérifié quel est votre groupe sanguin.
– A- !, ai-je répondu. Est-ce que ça vous dérangerait de me dire ce qui est inscrit à mon dossier ? Tant qu’à y être ? Au cas où… On ne sait jamais…
L’infirmière a ouvert mon dossier informatisé sur son ordinateur et m’a confirmé que selon les tests j’étais de groupe sanguin A-.
J’ai eu une autre question pour elle, qui l’a obligée à repartir en courant chercher la réponse dans un bureau voisin. Il s’agissait d’un numéro de téléphone.
– Je suis désolée, m’a-t-elle dit, je ne le connais pas par cœur, il faut que je reparte mais je reviens tout de suite. Je sais que vous avez beaucoup attendu et je vous demande d’attendre encore…, s’est-elle excusée.
– Il n’y a pas de problème, ai-je répondu, je ne suis pas pressée, prenez votre temps.
Je ne me moquais pas d’elle, ni de la situation. J’avais tout mon temps, d’autant qu’en tricotant il s’écoule agréablement.
C’est de ne pas savoir pourquoi je n’ai pas été appelée pendant deux heures et demie qui m’a amenée à deux cheveux de n’en plus pouvoir. Pour le reste, les erreurs, les approximations, les oublis, je considère qu’ils font partie de la vie –et qu’en travaillant en équipe, en surveillant « son affaire », on finit par y arriver !

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s