Jour 354

CHUMaoût

Le CHUM au mois d’août

Je revenais de Montréal où je suis allée effectuer un travail d’équipe au CHUM, en matinée. J’y suis arrivée à 8:10, un café Starbuck à la main acheté avenue Monkland. Mon rendez-vous avait été fixé à 8:30. J’ai été appelée à 11:05. Constatant que j’étais sur le point de n’en plus pouvoir, une préposée empathique est venue me dire, vers 10:30, que ce serait bientôt mon tour, qu’il ne fallait pas que je me décourage, qu’elle avait vu mon dossier être « ramassé » par le médecin.
Quand j’ai été enfin appelée, j’ai pu m’expliquer la lenteur du processus.
Une jeune résidente d’origine asiatique, à lunettes très épaisses, brindille de peut-être six pieds de taille pour un maximum de 112 livres de poids, est venue me chercher. Elle m’a amenée dans une salle de consultation, m’a posé une dizaine de questions en cochant dans des petites cases la situation qui correspondait à la mienne, à savoir si je souffrais de ceci, cela, cela encore… La réponse était tout le temps Non.
J’avais rendez-vous en médecine interne pour déterminer de quelle manière et selon quel calendrier je dois me sevrer de Coumadin et prendre à la place du Lovenox en prévision de ma chirurgie. Je dirais sans exagérer que le pharmacien du village aurait pu me soumettre ce calendrier en quinze minutes –d’autant qu’il a reçu la même opération que la mienne il y a deux ans. Je serais en prime ressortie de sa pharmacie avec les seringues de Lovenox.
– Vous allez avoir besoin de deux seringues de 90 mg, et d’une seringue de 45 mg, a conclu la jeune femme, mais je dois d’abord aller consulter le médecin de garde pour qu’il valide mon ordonnance.
– C’est pour ça que c’est si long !, ai-je découvert.
Pour chaque patient, le résident fait valider son diagnostic par le médecin de garde. Le médecin de garde étant pour sa part déjà en consultation avec un autre patient, le résident attend dans le corridor que le médecin de garde ait fini. Médecin et résident se rendent ensuite jusqu’au patient, dans ce cas-ci c’était moi, et là, rebelote les questions et les coches dans les cases. Le processus au complet est double !

 

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s