Jour 360

CarréEmma

Carré tricoté par Emma, négligemment déposé sur la chaise pour un effet de pseudo drapé artistique.

L’état des choses en ce samedi 27 juillet.
Je suis à l’intérieur du chalet et je n’ai pas tellement envie d’en sortir au plein soleil. Je désire me constituer une collection de petites roches pour les plates-bandes de la maison, de la grosseur d’une balle de tennis. Ce n’est pas aujourd’hui que je vais m’y mettre, ou alors je pourrais en ramasser ce soir le long du chemin, il y en a des tas, mais il y aura aussi des bibittes…
J’ai apporté mon ordinateur, contrairement à ce que j’ai affirmé dans un texte précédent, à l’effet que je ne l’apportais plus au chalet. Comme il fait chaud, que je me confine à l’intérieur et que j’ai apporté mon ordinateur, il ne me reste qu’une chose à faire : écrire.
Des poivrons rouges sont en train de se faire dorer la couenne dans la poêle. Ils auraient pu accompagner le doré que mon mari et son frère ont pêché hier soir –trois poissons, six filets– mais nous n’avons pu résister à l’attrait du doré fraîchement pêché. D’où il ressort que nous l’avons dégusté hier soir tard, tout nu dans l’assiette, et que nous mangerons peut-être les poivrons, tout seuls aussi, tout à l’heure.
Un petit imprévu a eu lieu dans ma vie si tranquille quand il fait trop chaud. Je vais essayer de simplifier au maximum parce que je sais que le sujet n’est pas très intéressant. Je pensais avoir à tricoter un grand carré de 19 pouces pour couvrir un des deux côtés du coussin que nous allons offrir collectivement à notre ami pour son anniversaire à la fin août. Or, le carré tricoté par Emma –j’ai omis de mentionner que ma fille m’a aidée à venir à bout de ce projet, et pas seulement ma cousine–, initialement conçu pour couvrir 16", s’étire aisément jusqu’à 19". Cela signifie que seul un autre carré de 19" est encore à produire pour concrétiser ce cadeau. Il n’est pas tant à produire qu’en production, d’ailleurs. Une amie a le projet entre les mains ce week-end et devrait le faire avancer d’une bonne vingtaine de rangs. Tout reste à faire cependant pour le dernier coussin de seize pouces carrés de ma collection, mais rien ne presse. Tout reste à faire aussi pour la participation de l’autre amie qui dit tricoter en biais. Tout reste à faire enfin pour la participation des hommes à ce même projet… Bof !
Je me suis replongée dans la lecture de la biographie de Léo. Il apparaît gros et fort mal habillé sur une photo de 1972, tout serré dans une chemise dont on se demande comment ça se fait que les boutons ne cèdent pas sous la pression. Pourquoi écrire ces lignes qui dénigrent mon héros ?
Mon bobo de morsures d’araignée ne disparaît pas vite sur l’abdomen. J’ai un autre rendez-vous préopératoire le 2 août au CHUM. Si les morsures sont encore là, et étant donné que j’ai rendez-vous au secteur de la seule médecine générale, je vais peut-être avoir envie de le montrer pour évaluation.
Après la publication de ce texte, étant donné qu’une petite brise se lève, je vais me rendre chez la voisine pour lui faire un coucou, surmontant en cela ma non-envie d’affronter la chaleur.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s