Jour 374

troisCoussins

Trois chaises, trois coussins.

Pour le plaisir, je suis allée acheter deux autres gros boutons, comme ceux qui apparaissent sur la photo ci-contre, cousus sur le coussin rose. J’avoue qu’il faut agrandir la photo pour bien voir les boutons ! J’adore ce coussin, tricoté par cousine. Et de même mon mari.
Une fois les pieds dans la boutique Singer, qui vend des machines à coudre mais aussi tout ce qu’il faut pour tricoter, j’ai bien sûr fouillé dans le grand panier où s’entassent des pelotes de laine, de la vraie laine, en solde. J’en ai acheté plusieurs, ayant souffert, lors de mes dernières séances de tricot, d’un choix trop restreint quant aux couleurs vives.
Dans mon grand sac noir normalement destiné à transporter mes courses alimentaires, j’ai déposé mon sac de laine achetée hier, pour montrer aujourd’hui mes nouveaux trésors à cousine. C’est ma journée tantine, en effet, et depuis quelque temps nous nous réunissons en trio avec cousine, voire en trois mousquetaires –qui étaient au nombre de quatre– si on inclut son mari, en ce sens que nous allons chez elle, chez eux. Du coup, je vais aussi montrer à cousine mon plus récent carré que je compte ensuite défaire parce que les couleurs vives en sont absentes.
Avant de me rendre chez tantine, j’ai mille choses à faire et je vais tenter d’en faire deux : planter des pétunias dans un grand bac à fleurs avant que la chaleur ne soit trop intense, et, dans un autre registre, préparer une trempette, peut-être même couper les légumes, car nous recevons ce soir. Ça revient à dire que ma séance d’écriture s’arrête ici pour aujourd’hui.
Juste un mot cependant sur Léo. Il doit beaucoup à sa femme, Madeleine, qui lui a montré à accueillir les spectateurs en se tenant debout derrière un micro, alors qu’il avait jusque-là privilégié la position assise derrière son piano. Elle lui a montré à bouger, à surmonter sa très grande timidité. J’imagine qu’à un moment donné sa participation dans la création de son mari s’est mise à l’envahir et, la guenon Pépée se mettant de la partie, les choses se sont terriblement morpionnées.
Pépée est arrivée dans la vie du couple à la suite du décès, sur une période de six mois, de leurs trois saint-bernard. Léo, quand il chantait à Paris, était accueilli, après ses prestations, par ses trois chiens qui lui léchaient les mains en coulisses, je pense même qu’il les laissait venir sur scène.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Une réponse à Jour 374

  1. Angelilie dit :

    J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir.

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s