Jour 383

dresslily-maillot-de-bain-licou-jambe-haute-raye-femme-style-fashion-sexy-266339304-1587-500x500

Excellent exemple de bustier à licou.

Deux personnes par la suite sont venues s’asseoir sur le banc de bois, dont un homme qui ne jouissait peut-être pas d’un niveau de confort optimal car il n’arrêtait pas de bouger. Quand il bougeait, tout le banc vacillait au mouvement de son corps et je bougeais aussi. Rue Bernard, je baignais en plein passé. C’est au Bilboquet que j’ai fait la connaissance des deux fils de Jacques-Yvan. Le petit, cinq ans, parlait tout le temps à la table où nous nous étions installés, sur la terrasse, jusqu’à ce qu’il décide de nous tourner le dos pour observer, lui aussi, les passants. J’avais envié l’indépendance que permet l’enfance, quand alimenter une conversation ne constitue pas une obligation par convention. Le plus vieux, dix ans, était à mes yeux mystérieux, silencieux, observateur.
J’avais moi aussi dix ans quand mes parents se sont séparés.
– Je suis toujours contente de rencontrer tout ce monde de mon ancienne vie, ai-je dit à Bibi, mais cette vie ne me manque pas. Je replonge dans mon passé d’une manière sereine, puis j’en ressors. Je déplore seulement ne pas avoir eu suffisamment confiance en moi à cette belle époque de ma vie.
Puis le serveur est arrivé, il m’a recommandé le PM au PM, bien entendu j’ai suivi ses recommandations, et nous avons entamé notre repas en parlant de tout et de rien.
Avant de rencontrer Jacques-Yvan, j’habitais au nord du quartier Villeray. Je faisais tous les jours en bicyclette le trajet me conduisant à l’université. L’été. Je pédalais avec mes talons hauts. J’ai souvenir d’une robe pantalon noire avec imprimé de pastilles blanches, à bustier en plissé nid d’abeille, maintenu en place par un licou. Je m’étais acheté une pochette en cuir Chanel matelassé qui se portait à la taille au moyen d’une ceinture de cuir aussi. J’y mettais la clef de la maison, celle du bureau, un tube de rouge à lèvres, une carte d’identité, un billet de cinq ou dix dollars. Je voyageais léger !
À la fin de sa première saison, la robe a commencé à être plus longue en arrière qu’en avant. Je sentais le tissu me caresser l’arrière des genoux, dans la pliure, alors qu’il aurait dû s’arrêter un pouce plus haut. Le licou, aussi, s’est mis à m’énerver, le nœud de la boucle appuyant sur une vertèbre cervicale. Je traversais le corridor, me rendant récupérer mes feuilles à l’imprimante, en tirant sur la partie bustier, les mains derrière le dos, afin de la remonter. J’essayais par la même occasion de replacer le nœud du licou, mais il n’y avait rien à faire. J’étais allée voir une couturière pour lui demander de resserrer le bustier afin que la robe cesse de pendouiller par l’arrière, et elle m’avait répondu, idem, qu’il n’y avait rien à faire.
Puis, le sac Chanel a cessé de me plaire et je l’ai donné à une collègue.
Très souvent, sur mon trajet me faisant emprunter la rue Bernard –et ensuite traverser le parc dont je ne me souviens plus du nom, celui au court de tennis– je rencontrais une collègue qui buvait un café à la terrasse du Bilbo. Parfois je m’arrêtais, parfois je continuais ma route. Cette collègue, maintenant, vit au Portugal. Elle vient de m’écrire, j’avais d’elle un courriel ce matin, envoyé du Maroc car elle voyage tout le temps. Les deux garçons de Jacques-Yvan sont dans la trentaine, l’aîné aura 37 ans dans quatre jours. Ma robe a rendu l’âme il y a longtemps. Je me suis fait voler la bicyclette que j’utilisais à cette époque de ma vie. Le Bilboquet, lui, existe encore, et la glace que nous y avons achetée, Bibi et moi, après mon PM au PM, était un pur délice.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s