Jour 387

coeursSaignants

La saison des cœurs saignants bat son plein. Les plants ont vécu quelques années à Montréal, devant le duplex, avant de venir s’installer ici.

J’ai les avant-bras mangés par les bibittes. Pourtant je portais une chemise à manches longues pendant que je jardinais, mais je ne me suis pas rendu compte, ou alors trop tard, que les poignets n’étaient pas boutonnés. Je portais de la crème solaire et un chapeau, pour limiter la propagation des bobos précancéreux qui m’ont fait vivre l’expérience de l’azote liquide sur une pommette de mon joli visage. Cette fois-ci, sous le paillis qui entoure mes plants, j’ai mis des épaisseurs de papier. Comme nous n’avons pas de journaux à la maison, j’ai utilisé la pile d’anciens National Geographic qui attend qu’on s’occupe d’elle depuis maintenant quatre ans que je vis ici. En arrachant les pages par petites piles, je voyais passer des photos de toutes sortes d’ethnies et je me suis demandé si, déjà à l’époque, il était question de changements climatiques dans les reportages. Les revues couvrent la décennie des années 80.
Alors que je travaillais fort, un peu craintive que la pluie arrive avant que j’aie fini, un jeune garçon, mignon comme tout, encore un peu blond –il sera châtain à l’âge adulte comme son père– est venu me demander, tout en roulant sur sa bicyclette, si j’avais des ruches. J’ai tout de suite compris qu’il faisait référence à mon couvre-chef antimoustique.
– Avez-vous des ruches ?, a-t-il demandé.
– Non, je porte un filet pour me protéger des mouches noires, il y en a beaucoup à ce temps-ci de l’année.
– Moi je n’en ai pas, a-t-il répliqué.
– C’est parce que tu es en mouvement sur ta bicyclette que tu n’en as pas.
– Vous êtes en mouvement aussi, a-t-il remarqué, vous n’arrêtez pas de bouger.
– Oui, mais je ne bouge pas vite. Toi, en bicyclette, tu vas plus vite.
– Je ne vais pas si vite que ça.
C’est vrai qu’il ne faisait que tracer un cercle en pédalant lentement pour se maintenir en équilibre et me parler.
Silence entre le jeune homme et moi, puis :
– Vous n’êtes pas apicultrice, alors, a-t-il voulu vérifier.
– Non, je ne connais rien aux abeilles.
– Mais vous êtes agricultrice.
J’avais l’impression qu’il se pratiquait à utiliser des mots qu’il venait de découvrir. Je n’ai pas voulu le contredire et j’ai répondu que j’étais une sorte d’agricultrice. D’ailleurs, nous nous parlions dans les effluves du fumier que notre voisin, éleveur de bétail, venait d’épandre.
Le soir, dans notre fantastique véranda nouvellement construite, j’ai tricoté. Au son de la circulation, je l’ai déjà mentionné, et aussi des grenouilles et du bruissement du vent. Puis, je ne peux pas le garantir, je pense avoir tricoté une ligne ou deux au son d’une meute de coyotes.
Notre lieu de vie est très vert mais néanmoins en constants développements. Depuis quelque temps, un gros camion passe des dizaines de fois par jour devant la maison, d’abord vide, puis la boîte pleine de grosses roches. Il se construit une autre résidence quelque part… En allant acheter des sacs de terre hier chez le pépiniériste, qui doit commencer à trouver que je suis une bonne cliente, j’ai tenté vainement de trouver à quel endroit se situe la nouvelle construction. Le pépiniériste n’avait plus de sacs de terre, cela dit, je vais peut-être retourner cet après-midi.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s