Jour 397

InstalPrécision

Finis les glouglous dans la tuyauterie, chez chouchou.

– C’est drôle, ai-je dit au plombier, vous avez le même vocabulaire que mon cardiologue.
J’ai le don de dire des choses qui rendent les gens mal à l’aise et, étant mal à l’aise, ils ne savent que répondre, alors ils ne répondent rien. Comme je suis le contraire d’une personne diplomate, j’y vais alors de détails supplémentaires, espérant une réaction.
– Le cardiologue parle de tuyaux, comme vous, de drains, de valves, de clapets… Autrement dit, ai-je enchaîné, le principe de la plomberie, dans son acception large, est calqué sur celui du corps humain. Vous ne trouvez pas ?
L’homme était en train d’écrire la facture et ne voulait pas se laisser déconcentrer. Mais je dirais quand même qu’il était mal à l’aise et déconcentré, parce qu’au lieu d’écrire sur la facture que nous étions le 24 mai 2019, il a écrit 2018. Heureusement, je m’en suis rendu compte et il a corrigé.
Ils étaient deux hommes, pendant l’opération, un dans la salle de bains et un sur le toit. Ils se parlaient au moyen de leur téléphone cellulaire.
– Essaie avec un jet d’eau, a dit à un moment donné le patron, qui était dans la salle de bains.
L’homme, sur le toit, a alors dirigé son jet d’eau dans le tuyau d’évent. Le jet est assez puissant puisqu’il est destiné à débarrasser les conduits des saletés agglutinées. Immédiatement, l’eau a coulé à travers la grille de ventilation, qui est située au plafond, juste au-dessus de la cuvette.
– Arrête ça ! Arrête ça !, s’est exclamé le patron.
Comme c’est un homme doué pour le multitasking, il était aussi au téléphone sur une deuxième ligne avec un client lorsque le dégât s’est manifesté.
– Je dois vous quitter, a-t-il dit dans un débit à haute vitesse, ça coule, ça coule !
Je me suis éclatée de rire, tout en courant à la recherche de serviettes pour éponger l’eau qui se répandait maintenant dans le corridor. Je sais, quand je fais ça, rire comme une folle, je ne suis pas crédible, je ne passe pas pour une cliente sérieuse.
L’eau a fini par arrêter de couler, mais l’expérience venait de nous révéler que le tuyau d’évent est fissuré ou brisé ou qu’il s’est déplacé, et ce n’est pas une bonne nouvelle. Cela constitue une troisième contrariété non négligeable. Pour atteindre le tuyau d’évent là où il nécessite une réparation, et si les informations que m’a données le plombier sont exactes, il faudra percer le plafond, dans la cuisine, juste au-dessus du frigo, or le plafond n’est pas fait de gypse, facile à percer, mais de plâtre. Dégâts en perspective.
Cela étant, la lecture publique dans la petite galerie d’art du boulevard St-Laurent est maintenant chose du passé. J’ai très bien réussi mon défi. Mon défi ne consistait pas à lire mon texte sans me tromper. Mon défi consistait, d’abord et avant tout, à lire sans être stressée, à lire à l’aise, en me laissant porter et en installant les conditions gagnantes pour que les spectateurs se laissent porter aussi. En fait, j’ai mieux réussi ma lecture devant les gens, que seule avec moi-même. Encore une fois, et comme je le répète souvent, travail d’équipe.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s