Jour 407

Tricotin

L’espèce de queue qui sort de la bobine de fil, c’est ce que j’entends par lisière au tricotin.

Donc je tricote des housses pour huit coussins parce que nous avons huit chaises capitaines dans la véranda. J’ai seize carrés à tricoter, ou à crocheter, car ça prend deux carrés par housse de coussin. Les coussins sont déjà achetés et rangés dans le garde-robe de mon bureau. Je fais aussi une longue lisière au tricotin qui servira de garniture pour cacher, sur les quatre côtés du coussin, la ligne de rencontre de mes deux panneaux qui sera cousue à la main.
J’ai acheté une deuxième nappe, dont le tissu est un imprimé joyeux de petits carreaux vert lime et blanc. Ce midi nous avons partagé notre premier repas en véranda, à l’occasion de la fête des mères. Nous n’avons pas utilisé mes nouvelles nappes, mais celle tissée, en lin, par la maman de Denauzier. Elle est pas mal plus de qualité, et plus chic et plus unique, que celles fabriquées en Chine.
J’ai sorti quelques plantes, en particulier les capucines qui commencent à avoir besoin de quitter le pot dans lequel j’ai planté les graines, il y a un mois, pour s’épanouir dans un pot plus grand. De même j’ai sorti mes trois pots de géraniums et une autre plante d’intérieur dont le nom m’échappe. Comme les nuits sont fraîches, je laisse les géraniums dans la véranda, mais pas les capucines encore fragiles ni la plante dont le nom m’échappe.
J’ai décrit aussi les beaux articles que j’ai achetés au bazar au département de la vaisselle et qui décorent la table.
Ce matin, avant l’arrivée de la visite, j’ai nettoyé la bordure blanche des fenêtres qui a déjà commencé à se couvrir de pollen, pour qu’elle soit plus blanche et plus attrayante. Hier, j’ai passé l’aspirateur partout et frotté au Windex les tablettes de vitre de la petite bibliothèque de métal qui appartenait à papa et qui va recevoir, s’il peut se mettre à faire plus chaud, les plantes que j’entends faire vivre dans la véranda cet été.
En d’autres mots, et pour faire une histoire courte, j’ai fait tout ce qu’il fallait pour que la pièce soit à son meilleur, sur le plan du ménage et de la décoration. Nos invités ont été impressionnés.
Deux inconnues, cependant, sont venues se glisser dans notre nouveauté. La première, c’est que notre voisin d’en face a changé d’emploi, et qu’il travaille maintenant de nuit, et que pour une raison que j’ai du mal à comprendre, il ne dort pas le jour, il zigonne dans son garage. Pour rester réveillé, j’imagine, il écoute de la musique disco et ne lésine pas sur le volume. Donc, dans la véranda bien parée, dans la véranda sur son trente-six, ça fait boum boum tout l’après-midi. La deuxième inconnue, c’est que les autres voisins, qui habitent derrière la maison de celui qui écoute la musique boum boum, sont nouveaux de cet hiver, la maison ayant été vendue. Elle a été vendue à une famille dans laquelle semblent vivre deux adolescents. Que font-ils, le soir après l’école et les fins de semaine quand il ne pleut pas ? Du quatre roues ! Dans le champ, en face. Alors il semblerait que notre été va se décliner sur du boum boum et du vroum vroum…
Ça ne peut pas être parfait, je sais, mon mari me l’a dit.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s