Jour 426

968520-denys-arcand-adad-hannah-choisi

Je me rappelle que l’homme jeune à gauche est un planchiste qui se trouve des petits boulots en été, la femme asiatique derrière est immigrante et n’étant plus toute jeune c’est moins facile de se trouver un emploi, la belle blonde vers la droite est une ex-toxicomane…

J’ai écrit hier que Bibi allait être le thème de mon texte, mais en fait j’ai pris le dessus et dilué le thème avec mes sempiternelles questions existentielles. Retour, donc, sur Bibi aujourd’hui.
Nous ne sommes pas, elle et moi, idéalistes de la même manière. Elle peut se mourir d’extase pour de grands airs d’opéra, qui me font certes dresser les poils des bras parce qu’ils m’émeuvent aussi, mais sans jamais m’amener à la frontière de la mort.
– Nous nous sommes déjà arrêtés sur le bord de la route, m’a-t-elle une fois raconté, du temps d’un compagnon décédé, parce que l’air que nous écoutions à la radio (ou sur CD) nous faisait trop pleurer…
J’entends ses élans excessifs et j’y réagis toujours de la même manière –qui me désole–, en restant de marbre.
Il me semble que les choses qui me font vibrer sont modestes et moins tragiques, en comparaison. Je pense aux Bourgeois de Vancouver, un court métrage de Adad Hannah et de Denys Arcand dont il est question au Jour 736. J’adore l’alternance, dans le film, entre l’histoire personnelle de ces gens –qui ont en commun d’être sans le sou–, et le rôle qu’on leur voit jouer dans le film pour gagner leur maigre pitance, et qui consiste à imiter des statues, en bougeant le moins possible pendant plusieurs heures, pour créer une représentation vivante de la sculpture de Rodin, Les Bourgeois de Calais.
Ce doit être très difficile pour le corps, pour la concentration, pour le système nerveux, de bouger le moins possible. Et c’est tragique de ne pas avoir d’argent…
J’ai vu le film la première fois au Musée de Vancouver, j’étais seule, et je l’ai vu pour mon plus grand plaisir une deuxième fois au Musée de Joliette, j’étais avec Bibi.
– C’est le film de Denys Arcand et de cet autre artiste dont je ne me rappelle plus du nom !, ai-je exprimé à Bibi avec enthousiasme, quand j’ai découvert qu’une salle était réservée à la projection du film. Wow ! Viens voir ça !
– Je vais plutôt aller relire la lettre que j’ai reçue ce matin, a-t-elle répliqué en s’éloignant déjà.
Je me rappelle encore d’un souper dans un restaurant, je ne sais plus lequel ni dans quelle ville ni combien de personnes nous étions autour de la table. J’étais dans la jeune trentaine, ça je m’en rappelle, et je venais d’obtenir mon poste à l’université.
– Tu vas pouvoir t’acheter une maison, avait suggéré papa, mon papa idéaliste qui me pensait déjà riche.
– Il n’y a rien de pire que de s’acheter une maison, s’était exclamée Bibi, il y a toujours quelque chose à réparer !
Je regardais papa, je regardais Bibi, qui ne pouvaient pas m’offrir positions plus opposées, en ne sachant pas ce que je pensais moi-même ! C’est un peu l’histoire de ma vie, ne pas savoir ce que je pense.
Bibi est aussi un être non existentiel, là où je suis fondamentalement existentielle. Se poser mille questions et tournailler les réponses possibles dans tous les sens, autrement dit, ce n’est pas son genre. Je suis une adepte des circonvolutions infinies, là où Bibi est adepte des formules brèves, efficaces et uniques.
– Trouves-tu que tu as réussi ta vie ?, pourrais-je lui demander.
Elle répondrait certainement oui, et elle ajouterait un énoncé de type :
– Il faut privilégier la joie.
Et ça marche. Sa formule fonctionne. Elle est tout le temps joyeuse.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s