Jour 429

En début d’après-midi, je vais refaire un pain aux bananes et nous irons le manger ce soir chez les Pattes dont c’est l’anniversaire aujourd’hui. 57 balais. J’ai téléphoné à sa copine pour savoir si elle prévoyait faire un gâteau.
– Il est déjà sorti du four, a-t-elle répondu, mais je n’ai fait que la moitié de la recette pour qu’on ne soit pas pris avec trop de restes.
– Est-ce que je peux vous apporter une recette entière et vous laisser être pris avec beaucoup de restes ?, ai-je demandé.
– Pas de problème, a-t-elle répondu en riant.
Je viens d’en faire un que nous n’avons pas tout à fait terminé. Nous en avons laissé la moitié à ma belle-maman dimanche dernier. De la quantité que nous avons gardée, Denauzier s’est tranché une part hier soir, qu’il a nappée d’un peu de crème fouettée au sucre de coco. Ce n’est pas tout à fait cétogène, me direz-vous, mais je dois mentionner qu’il n’avait mangé que de la salade à 13h30 –nous dînons tard–, et qu’un petit bol de soc de porc à 19h.
À 13h30, j’étais en conversation Facetime avec mon amie Estelle. C’était la première fois de ma vie que j’initiais une conversation Facetime. Je l’ai fait à rebrousse-poil, en ayant hâte que ce soit fini, et parce qu’Estelle me le demandait, mais finalement j’y ai pris goût passées les premières minutes.
Estelle et son mari vivent de manière bohème, et ce encore plus depuis qu’ils sont à la retraite tous les deux.
– Je vais te quitter, ai-je dit à mon amie au bout d’un moment, nous n’avons pas encore dîné et je pense que Denauzier a faim…
– Il faudrait bien que l’on dîne aussi, a simplement constaté mon amie.
Je suis la première surprise d’aimer cette recette. Habituellement, je ne suis pas folle du pain aux bananes, souvent humide et lourd, et sentant trop les bananes. Celui que je viens de découvrir est plus sec car il ne contient pas de gluten, il est fait à partir de poudre d’amandes et de farine de sarrasin.
En pleine préparation du mélange, je me suis rendu compte qu’il manquait de l’essence de vanille, qu’on allait bientôt ne plus avoir de cassonade et, surtout, qu’il manquait des bananes !
– Tu peux en profiter pour acheter du lait, m’a dit mon mari comme je partais.
Je suis allée acheter tout ça malgré la tempête. J’en ai profité pour faire deux courses ailleurs qu’au Métro. Un des endroits où je suis allée est situé en haut d’une butte, donc, au retour, il faut descendre la butte, s’arrêter juste en bas et surveiller qu’aucune voiture ne vient d’un côté ou de l’autre sur la route 131, très achalandée. Or, mon véhicule n’a rien voulu savoir de freiner. Je suis passée entre deux voitures qui arrivaient de la gauche, et si une voiture était arrivée en même temps de la droite, elle me serait rentrée dedans. J’ai été miraculeusement épargnée.
L’autre jour, j’ai aussi été miraculeusement épargnée en sortant de notre entrée, juste ici devant la maison. Alors, je commence à penser que je devrais ne pas trop trop conduire ces temps-ci.
Et avec tout ça, j’ai oublié d’ajouter les pastilles de chocolat à ma recette…

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s