Jour 447

rédermic

Se décline en plusieurs versions : pour les yeux, pour le visage; teintée ou pas teintée; avec ou sans rétinol; avec protection solaire.

Si le TNM fut instructif, les autres événements de mon séjour à Montréal furent avant tout liés au plaisir de retrouver mes amies –et d’être instruite des nouveautés qui sont survenues dans leur vie. C’est une autre forme d’instruction qui élève peut-être moins mon esprit qu’une pièce de théâtre, mais qui nourrit mon cœur. Je ne sais pas si elle fait de même avec ses autres amies, mais Oscarine, en ce qui me concerne, est la seule copine avec laquelle je me plais à autant parler crèmes et maquillages. Il faut dire que nous avons toutes les deux souffert –c’est un bien grand mot– d’acné étant jeunes. Je n’étais plus si jeune, d’ailleurs, quand j’ai suivi le traitement à l’Accutane pour régler mon problème de bourgeonnement une fois pour toutes, j’avais 32 ans. Il faut dire aussi que je n’ai jamais vu Oscarine pas maquillée. Elle a été plus assidue que moi sur le plan de la protection, d’où il ressort que sa peau est moins tachée que la mienne et que ses mains sont parfaitement blanches, comme celles de mon esthéticienne, ou de chouchou, parce qu’elle n’a que 22 ans.
C’est un luxe de pouvoir parler, l’esprit tranquille, de ces futilités, quand l’environnement autour de nous se détraque de plus en plus. Si le mouvement du monde devait se dérégler et m’affecter dans mon quotidien, parce que jusqu’à maintenant je ne suis pas affectée, est-ce que j’aurais l’esprit assez tranquille pour continuer de parler des bienfaits de la crème Redermic avec mon amie ? Ou alors, est-ce que je ne vivrais pas comme un besoin viscéral le placotage autour des crèmes, pour oublier les rudesses que me fait subir la planète ? Ou encore, advenant une impossible circulation des « produits de beauté », parce que les transports aérien et routier seraient dorénavant réservés aux seuls biens de première nécessité, pour éviter d’atteindre un niveau mortel de pollution de l’air, admettons, est-ce que parler de La Roche-Posay ne constituerait pas un baume qui me plongerait dans le passé, quand il était encore possible de se procurer des crèmes en se rendant tout simplement à la pharmacie et en choisissant un flacon sur la tablette, parmi des centaines d’autres ? Bonnes questions.
Toujours avec Oscarine, je me suis acheté une jupe dans une friperie. Je l’ai essayée par-dessus mon pantalon, m’évitant ainsi de me rendre dans la mini cabine d’essayage. Puis j’ai pris la peine de l’essayer dans ladite mini cabine. Il m’a semblé qu’elle me faisait parfaitement, ni trop grande ni trop serrée. Arrivée à la maison, je l’ai réessayée pour constater qu’elle avait un bon pouce de trop, à la taille. Je me suis alors rendue chez la couturière du village, que je commence à connaître au point de parler avec elle de nos petits bobos quand il n’y a personne d’autre dans le commerce. Nous avons cette fois-ci parlé de mon épisode récent de kératose actinique. Il m’a semblé que nous en parlions comme s’il s’agissait d’un problème majeur –pendant que la Syrie et le Yémen et les inondations et les sécheresses et les mares de boue…
– Tout ça est d’une gravité excessive !, ai-je conclu comme on entendait la porte s’ouvrir et une cliente arriver.
Mon un peu amie couturière a compris mon sous-entendu.
– Nous avons une bien belle vie !, a-t-elle répondu. Je t’appelle quand ta jupe est prête !
Est-ce une question d’orgueil ? Est-ce que je ressens le besoin de montrer à mes interlocuteurs que je porte un regard critique sur nos conversations banales, pour suggérer que je suis aussi capable de converser plus intellectuellement ? Excellente question.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s