Jour 464

poiré

Poiré de glace bien frais. Un délice.

Je me suis levée à 9 heures, c’est pas si mal –comprendre pas si tard–, compte tenu que j’étais épuisée hier et que je m’étais couchée après minuit. J’ai fait du feu car en l’absence de mon mari je dois faire le feu. J’ai fait du café, idem en l’absence du mari, pas de café dans la cafetière. J’ai fait un smoothie avec une mangue Ataulfo, un avocat, des épinards et du kéfir. J’ajoute des céréales de son, même si les céréales, toutes, sont à exclure chez les cétogènes.
Ensuite, place aux choses sérieuses. J’ai peint des spirales sur ma toile, celle qui est couverte d’un vase jaune surdimensionné, en clin d’œil au thème récent des spirales de ma vie. Malheureusement, elles ressemblent à des ronds de poêle plutôt qu’à des spirales, d’autant que je les ai peintes en gris foncé. Qu’est-ce que des ronds de poêle ? Ce sont des éléments à serpentin en français correct. J’étais en plein traçage d’éléments à serpentin lorsque le téléphone a sonné : mes amis voisins m’invitaient à faire de la raquette avec eux. Il était 12:45.
– À 13:15 je suis chez vous, ai-je répondu.
J’ai amélioré un bout de serpentin, j’ai tout foutu là ensuite de mes gréments de peinture, en m’assurant quand même de ne pas laisser mes contenants d’acrylique non couverts. Je me suis habillée en extrême vitesse, j’ai ramassé mes affaires car je savais que je ne reviendrais pas à la maison, en ce sens qu’après avoir fait de la raquette je filerais directement au CHSLD nourrir papa.
Je me suis donc rendue chez les amis en voiture. Nous avons fait de la raquette dans le bois et sur le lac. C’était merveilleux.
Au retour, nous avons bu un poiré de glace, provenant d’un producteur québécois qui s’appelle le Domaine des Salamandres. J’ai fait attention de ne pas caler ma coupe d’un seul coup, comme je suis capable de le faire. J’ai même attendu que les amis aient fini leur coupe pour finir la mienne. J’étais on ne peut plus confortablement installée au soleil dans la petite véranda des amis. C’était le moment ou jamais de profiter de la vie, mais un coup d’œil à ma montre bracelet m’a fait réaliser que j’étais déjà en retard pour le souper de papa.
Encore une fois, je suis partie en vitesse, j’ai fait la route jusqu’à Joliette, bien concentrée. Je suis arrivée à 17:00 pile, mais heureusement la distribution du repas s’est faite plus tard que d’habitude. J’ai ensuite promené papa sur l’étage et entamé un mini brin de conversation avec le nouveau voisin de papa, mais papa n’aime pas que je m’arrête pour parler à un tel et tel autre, alors ce ne fut qu’un mini brin. Cet homme m’est très sympathique.
Je suis revenue à la maison à 19:00, après quelques courses en cours de route, dont une plante au IGA, pour faire comme mes amis qui ont cette plante dans leur véranda. Elle est devenue énorme avec les années et elle fleurit généreusement.
Rebelote une fois dans la maison, c’est-à-dire place aux choses sérieuses, j’ai peint mes spirales serpentins jusqu’à ce que, cette fois, mon téléphone m’avertisse, sans pour autant sonner, que chouchou m’avait envoyé des mots par Messenger.
Maintenant il est tard et je m’accorde un peu de temps pour  relaxer.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s