Jour 469

CalderAbstrait

Calder, Tower 2 ?

La toile ci-contre de Calder, dont je ne suis pas certaine qu’elle s’intitule Tower 2, me fait penser à une toile de Magritte qui s’intitule Les idées claires.
Il y a longtemps eu, accrochée dans la salle de bain, à Montréal, dont les murs sont couverts de tuiles bleu gris, une reproduction laminée d’une toile de Magritte sur laquelle une grosse pierre grise est suspendue dans le ciel comme s’il s’agissait d’un nuage. Je trouvais que la couleur dominante de la toile de Magritte se mariait bien avec la couleur des tuiles qui couvraient les murs. Un nuage est peint au-dessus de la grosse pierre, d’ailleurs, et tous deux, nuage et pierre, évoquent l’immobilité quand, en-dessous, les vagues de l’océan évoquent le mouvement. Un professeur m’ayant expliqué qu’il n’y a rien de plus difficile à rendre sur toile que des vagues en mouvement, on ne peut que saluer ici le talent du peintre –et comprendre que le professeur voulait me dissuader de peindre des vagues, sachant que je n’y arriverais pas !

 

MAGRITTE3images

Magritte, Les idées claires, 1955.

J’imagine que c’est la couleur grise qui sert ici de liant entre les deux toiles, dans mon esprit, et peut-être aussi un effet d’immobilité (pierre et nuage). Les deux toiles, en somme, sont peintes avec des tons neutres et on peut voir dans les deux un effet d’horizon lointain. Les lignes, chez Calder, sont obliques et courbes, là où Magritte n’exploite que l’horizontalité. Je dois préciser que le calibrage des couleurs de l’affiche qui décorait ma salle de bain donnait un résultat nettement plus gris que celui de la photo ci-contre qui est nettement plus bleu.
Un jour, à force d’absorber de l’humidité au fil de nos douches, le panneau du laminage, fait de sciure de bois et de colle, est devenu tout mou. Il s’est déchiré à l’endroit où un clou le retenait, pour venir s’échouer sur le comptoir, où il est resté, simplement appuyé au mur, pendant longtemps. Parallèlement, j’ai suspendu au clou, pour le cacher, une petite sculpture de résine représentant un ange –rose– que je traîne dans mes affaires depuis des lustres.
Le Magritte m’a été donné par Bibi –qui voulait s’en débarrasser–, et l’ange par une jeune fille très mal organisée –qui voulait me remercier–, pour laquelle je tapais des textes à l’occasion, à mon retour d’Europe, période pendant laquelle j’étais moi-même très mal organisée. La jeune fille était étudiante en arts et faisait des suppléances au Séminaire quand la professeure d’arts plastiques tombait malade. Aujourd’hui, cette professeure est décédée. Pour ma part, j’habitais à Joliette, je travaillais à temps partiel dans une librairie de la rue Notre-Dame, je n’avais pas de manteau d’hiver digne de ce nom –je portais donc ce que j’appelle des réguines– et le seul bon souvenir que je conserve de cette période est celui de mes séances de patin sur la rivière. J’y allais régulièrement, même par temps glacial. Étrangement, quand je me revois sur la rivière L’Assomption, seule pendant des kilomètres, je patine sur une glace noire ultra lisse à travers laquelle on discerne presque le fond de la rivière… Tel est l’atout du souvenir, il embellit la réalité. La glace sur laquelle je suis allée patiner sur la même rivière, cet hiver, est blanche, craquée, couverte de bosses et parfaitement opaque.

Tower 2

En cherchant sur Internet hier quel peut être le titre de la toile de Calder, je suis tombée sur la photo ci-contre d’une pièce magnifique entièrement consacrée à Alexander Calder, à la National Gallery of Art, in Washington D.C. Je ne sais pas si Tower 2 désigne l’ensemble des installations, ou seulement le tableau qui apparaît –minuscule– au fond de la pièce, ou même s’il ne s’agit pas du nom d’une nouvelle tour qui a été construite en ajout au musée…

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Une réponse à Jour 469

  1. Ping : Jour 468 | Les productions Badouz

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s