Jour 491

tassesmug

12 tasses, 12 couleurs, acrylique sur toile 16"X20"

J’ai fait le contraire de ce que j’ai écrit dans mon texte précédent. J’ai peint, même si ça ne me tentait pas. Après avoir écrit que rien ne me tentait et m’être rabattue sur le thème fétiche des vêtements pour noircir les lignes du Jour 492, je suis allée faire le tour des toiles qui décorent les murs de la maison. Je me suis demandé quelles seraient celles qui resteraient en place si je décidais d’organiser en début d’été prochain une journée Portes ouvertes pour vendre ma production. Il était clair que la toile qui est maintenant couverte de 12 tasses n’allait pas être vendue telle qu’elle était encore mardi dernier. Je l’ai décrochée du mur et cessé sans plus tarder l’évaluation des autres toiles. Je ne me suis pas posé de question. Apercevant sur un papier de soie, qui traînait dans mes affaires, le croquis de quatre tasses empilées l’une sur l’autre, je me suis dit :
– Je vais faire ça, quatre tasses empilées de format géant, de manière à couvrir toute la surface de la toile.
J’avais encore à l’esprit qu’il m’a fallu un an et demi pour aboutir de ma toile grand format à l’arrière-plan numéroté. Je voulais que pour une fois les résultats soient plus immédiats, et pour qu’ils le soient il ne faut pas que je réfléchisse. J’ai aussitôt commencé à dessiner sur papier une colonnette de quatre tasses, mais je m’y perdais avec mon format géant, je n’étais plus capable d’évaluer correctement les proportions. Alors j’ai tourné mon papier de côté de manière à utiliser le verso, et j’y suis allée pour une colonnette plus petite. À l’œil, j’ai évalué que j’allais être capable de placer trois colonnettes sur ma toile, en format paysage. C’est ce qui est arrivé. Donc j’ai dessiné les quatre tasses sur le papier, découpé mon dessin en suivant les lignes du contour, et tracé ensuite trois fois sur ma toile le contour de ma colonnette. J’ai toute ma journée, aujourd’hui jeudi, pour embellir mes tasses avec un mélange d’acrylique et d’eau. Je ne les couvrirai pas entièrement de couleur, je désire conserver le souvenir de l’ancienne toile au centre de chacune des tasses. À cette étape, cela dit, l’œil, du moins le mien, doit se forcer pour discerner les douze tasses, alors je vais faire en sorte qu’elles se dégagent davantage du fond vert foncé.
J’ai donc démarré ce projet de tasses avant-hier mardi. Je n’ai pu y travailler hier mercredi, pas davantage que je n’ai pu écrire, car trop d’événements m’ont accaparée entre la coiffeuse, tantine, les courses, le Chromino, papa et, surtout, compte tenu du temps que j’y ai consacré, la route à petite vitesse sur la glace vive. Je suis rentrée à la maison à 19:30 et rien ne me tentait d’autre que relaxer, assise à côté de mon mari.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s