Jour 505

bélier

Je ne sais pas trop ce que réserve 2019 aux natifs du signe bélier. Je souhaite personnellement que la terre continue de tourner à peu près normalement…

J’entame l’année 2019 les mains dans la pâte : nous avons tellement de restes de dinde que j’essaie de l’écouler sous forme de pâtés. La pâte est au frigo en ce moment et doit y refroidir une petite heure avant d’être roulée.
Papa était friand des pâtés au poulet, à la viande, au saumon, des tartes au sucre, aux raisins, aux pommes. Il en achetait régulièrement à la boulangerie de Sainte-Marcelline.
– C’est la première fois de ma vie, ai-je dit tout à l’heure à ma belle-fille, que je fais de la pâte à tarte. Je pourrai dire que j’en aurai fait avant mes soixante ans, dans trois mois !
Pour être plus précise, c’est la première fois, il me semble, que je fais de la pâte à tarte de manière traditionnelle, avec de la farine blanche et du beurre froid, de l’eau glacée et du vinaigre. J’ai souvenir d’avoir travaillé des pâtes disons alternatives faites à base de farine de blé, ou d’amande, mélangée à de l’huile d’olive, pour obtenir des résultats pas tellement convaincants.
J’ai aussi entamé l’année en dormant comme un loir jusqu’à onze heures ce matin pour me remettre des excès des fêtes.
J’ai terminé l’année, donc hier, en patinant en après-midi sur le lac Pierre avec des membres de la famille de Denauzier. Nous avons tellement aimé l’expérience que nous voulons en faire une tradition annuelle, avant la réunion familiale à laquelle tout le monde participe, chez nous, aux alentours de 17 heures.
J’ai entamé l’année, en début d’après-midi, en allant marcher sur les pistes que trace Denauzier avec sa motoneige, dans la forêt derrière la maison. C’est exigeant pour le cœur car dès qu’on sort de la maison on s’attaque à une montée assez longue. J’adore me soumettre à cet exercice, et bien entendu je trouve que je ne m’y prête pas assez souvent, mais je ne désire pas commencer l’année en mentionnant ces choses qu’il me faudrait pratiquer davantage pour être plus en forme, etc.
Demain matin nous partirons au chalet à la Manawan. Autre manière de profiter de l’hiver et de l’air pur.
Dernière heure : j’ai obtenu de la pâte pour trois moules. J’ai déposé de la dinde en béchamel, des carottes cuites, des petits pois et du fromage entre les deux croûtes. J’ai fait cuire au four assez longuement car je n’ai pas réussi à amincir la pâte autant que je l’aurais voulu. Nous avons mangé une petite pointe chacun, ma belle-fille, Denauzier et moi.  C’était correct, sans plus. La pâte n’étant pas tout à fait assez cuite, j’ai remis les pâtés au four. Quand est venu le moment de ressortir les pâtés, il y en a un qui m’a glissé des mains et qui s’est écrasé sur le plancher en éclaboussant en masse les armoires et les tiroirs. Donc, j’ai aussi commencé l’année en échappant un pâté, mais ce n’est rien comparé à toutes ces autres choses qui m’échappent dans la vie sur une base quotidienne.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Une réponse à Jour 505

  1. Renée Tremblay dit :

    Pauvre toi ! Quel courage ! Je n’ai jamais réussi à faire de la pâte à tarte. Je l’achète toute prête à rouler.

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s