Jour 523

macaroniBonbon

Achevée le 5 décembre 2018.

Je suis allée à la librairie du centre commercial de Joliette pour y acheter le livre de recettes végétariennes Plenty. Je voulais l’offrir en cadeau à Noël. J’avais téléphoné et le livre s’y trouvait. En l’ouvrant et en tombant par hasard sur une série de plusieurs recettes à l’aubergine, je n’ai plus eu envie de l’acheter. Pourtant, j’adore l’aubergine.
– C’est pour ça que le livre porte ce titre !, me suis-je exclamée intérieurement, c’est un jeu de mot avec Eggplant !
J’ai déjà cuisiné, à l’époque de ma vie d’autrefois, ce qu’on appelle un caviar d’aubergine. Les photos du livre me rappelaient ce caviar –une espèce de boue brunâtre– que j’avais trop parfumé d’huile de sésame et qui m’avait donné mal au cœur. J’ai donc refermé le livre et sans m’attarder davantage je suis ressortie de la librairie.
Il me restait encore un peu de temps avant ma rencontre avec Bibi à la Brûlerie du Roy. Je me suis dirigée vers la pharmacie en marchant d’un bon pas, or en arrivant devant celle-ci et en vérifiant quelle heure il était précisément, je me suis rendu compte que je devais vite retourner à ma voiture pour ne pas faire attendre Bibi. Quand j’ai pénétré dans la Brûlerie, elle m’attendait effectivement, mais depuis quelques minutes seulement. Il ne restait pas beaucoup de places de libres, alors nous nous sommes assises à proximité de la grosse machine de torréfaction qui fonctionnait à plein régime, dans un vacarme de décibels. Nous avons partagé une petite heure de placote puis je suis allée nourrir papa, il était rendu cinq heures.
Papa a tout mangé mais les yeux presque fermés car la lumière l’éblouissait. Il n’a presque pas parlé. Comme d’habitude, nous avons fait une petite promenade au rez-de-chaussée. Je l’ai quitté il était six heures trente.
– Dans la période qui précède Noël, ai-je pensé en regagnant ma voiture, les magasins sont peut-être encore ouverts.
C’est ainsi que je suis retournée au centre commercial où se trouve la pharmacie. Il faut dire que cela ne constitue pas un détour, je passe devant de toute façon pour atteindre la route 131 qui me ramène à la maison. J’ai ainsi pu fouiner à ma guise en prenant mon temps, et à force de fouiner j’ai trouvé un cadeau qui remplace le livre de recettes.
Puis je suis rentrée à la maison. Je me suis assise à côté de mon mari dans le fauteuil qu’il affectionne et qui n’est pas assez grand pour deux. Nous avons d’une chose à l’autre écouté la suite du film qui était commencé. En me relevant à une pause publicitaire pour aller prendre de l’eau, j’ai eu l’impression de ne pas aller bien. Pendant la nuit, j’ai dormi comme un loir. Et ce matin, je dirais que l’impression est en train de se transformer en conviction de couver un quelconque virus de la grippe…

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s