Jour 535

46469277_304742350379267_8247132150931914752_n

Les spaghettis bleus, noirs et bruns.

Fiou ! Je suis fatiguée. J’ai cuisiné toute la matinée. Un rôti de bœuf en croûte. Un filet de truite à la thaïlandaise façon Lynda. Un pudding au chocolat sans sucre ni édulcorant. Un potage aux épinards, asperges et brocolis. Un beurre de noix. À travers ça, j’ai démarré deux machines pour laver du blanc, puis du foncé. Et tout étendu à l’étage, à proximité du feu de foyer sur un support à cet effet.
Pour la croûte du rôti, j’ai utilisé du fromage parmesan râpé qui commençait à avoir son voyage, c’est le cas de le dire, pour avoir été transporté une dizaine de fois dans une glacière entre la maison et le chalet. J’y ai mélangé de la poudre de graines de lin. Ça, c’est pour la partie sèche. Pour la partie humide, j’ai utilisé deux restants de moutarde, une en grains et une de Dijon. Comme ce n’était pas assez mou au final, j’ai ajouté de l’huile d’olive. J’avais piqué d’ail le rôti, je l’ai couvert de mon mélange, j’ai fait cuire, et malheureusement j’ai trop laissé cuire. C’était quand même bon.
Pour la sauce façon Lynda qui a couvert le filet de truite, j’ai mélangé du sriracha à du cari jaune en pâte et à mon beurre de noix.
Pour le beurre de noix, on mélange normalement de la noix de coco, des amandes émondées et des noix de macadam. On met au four sur une plaque ces trois ingrédients pour les faire dorer juste un peu. On les passe ensuite au Magic Bullet pour obtenir une pâte qui se conserve une semaine au réfrigérateur. C’est tellement bon que j’en mange à la cuiller. Comme j’avais les ingrédients requis à la maison, mais pas en assez grande quantité pour les amandes et les noix de macadam, j’ai complété avec des noix de Grenoble pour obtenir la quantité requise d’amandes, et avec des graines de sésame et des grains de quinoa pas cuits pour la quantité requise de noix de macadam.
Tout, le rôti, la truite, le potage, le beurre, était excellent.
– Je suis pas mal bonne et pas mal gentille de cuisiner si bien pour mon mari, ai-je dit à mon mari.
Plus tard en après-midi, j’avais rendez-vous avec ma sœur Bibi. Je marchais vite sur le trottoir pour ne pas être en retard. Nous avions convenu de prendre un café (finalement nous avons pris un verre de vin) à la Brûlerie du Roy, à Joliette. J’ai pensé, tout en marchant, qu’elle était peut-être partie à la dernière minute elle aussi pour se rendre à notre rendez-vous et qu’elle était peut-être en train de marcher, juste derrière moi. Je me tourne, et qui est-ce que je vois, à moins de cinquante pieds ? Bibi ! Elle ne m’avait pas reconnue parce que je portais un manteau qu’elle n’avait encore jamais vu qui m’a été donné par ma belle-fille lors de notre récent séjour en Abitibi.
– Je suis bonne en titi !, me suis-je exclamée, d’avoir pensé que tu pouvais être juste derrière moi !
Encore plus tard en début de soirée, je me suis rendue à la pharmacie pour faire tester la vitesse de coagulation de mon sang. J’ai obtenu un résultat parfait.
– Je suis vraiment bonne !, me suis-je exclamée à la pharmacienne.
Je ne me suis jamais exclamée que j’étais bonne, en peinture et en écriture.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s