Jour 536

Denauzier est parti au chalet du lac Miroir et je suis restée à la maison parce que je n’avais pas envie, après l’expédition d’une semaine en Abitibi, puis celle de trois jours à Montréal pour la réfection du toit, de faire encore de la route dans des conditions en outre plus difficiles en hiver. Je suis restée ici, caressant le projet d’écrire au moins trois textes dans la journée, et de travailler sur une toile que j’ai entreprise il y a déjà quelques semaines. Elle est couverte de lignes spaghettis qui se rencontrent, se courbent, se nouent. Je suis rendue à l’étape d’appliquer une deuxième couche d’acrylique sur les spaghettis bleus.
J’ai commencé par m’atteler à la rédaction du premier texte, histoire d’avoir l’esprit tranquille. Il était déjà midi.
Ding dong. Ça sonne à la porte. C’était notre ami voisin qui venait emprunter un outil.
– J’arrive d’une longue marche de deux heures et demie, quel temps magnifique !, s’est-il exclamé.
– Il faut aussi, me suis-je dit, que j’ajoute à ma liste d’aller marcher pour prendre de l’air avant que le soleil se couche. 
L’ami repart, sans l’outil car nous ne l’avons pas trouvé. Je reviens à ma chaise, à mon bureau, à mon ordinateur.
Ding dong. Ça sonne à l’autre porte. Je me relève et je vais ouvrir.
– Bonjour madame, me dit un jeune homme de peut-être onze ans, accompagné de sa sœur, maximum six ans.
Ils viennent demander des denrées pour les paniers de Noël, ai-je pensé, me demandant déjà si j’avais des conserves à leur donner.
– Votre mari nous a donné l’autorisation de glisser juste à côté, a commencé le jeune homme, en pointant du bras le terrain en pente assez raide situé à droite de la maison.
– C’est bien, ai-je répondu. J’espère que vous en profitez ? Bonjour mademoiselle, ai-je ajouté du même souffle, en souriant à la fillette.
– On se demande si on peut faire des bosses avec de la neige pour pouvoir jumper ?
– Pourquoi vous ne pourriez pas ?
– Parce que votre mari fait de la motoneige et ça pourrait abîmer ses pistes.
– Oh ! Il n’y a aucun problème, ai-je répondu avec ravissement, tellement la question était suave. Vous pouvez faire autant de bosses que vous voulez, on adore ça quand vous venez glisser.
Je retourne à mon texte non entamé, je finis par l’écrire, en ayant de plus en plus hâte de le finir pour aller dehors. J’entendais les enfants qui glissaient, ils étaient une petite bande, et le soleil m’attirait. Quand j’ai eu enfin fini, je suis allée marcher assez longuement. Ce fut très essoufflant parce que j’ai escaladé la montagne à même la paroi abrupte –pour ne pas déranger les enfants qui s’amusaient là où se trouve le sentier que nous empruntons habituellement ! Je suis revenue, trempée, je me suis changée.
Les lignes bleues ne me disaient rien. Ni rien d’autre. Rien ne me disait quelque chose, en fait. Je me sentais seule dans notre immense maison. Il était seize heures trente. 
– C’est bien que je me sente seule, me suis-je dit, ça veut dire que je suis habituée à vivre presque en permanence avec mon mari –car il travaille de la maison.
– Est-ce que je ne devrais pas en profiter pour aller tenir compagnie à tantine ?, me suis-je alors demandé. Quelle heure est-il ? Est-ce qu’elle aura soupé ? Ça veut dire que je n’écrirai pas deux autres textes et que je laisse faire les lignes bleues… Bof, les lignes et les textes, pour ce qu’ils valent, etc.
J’ai été accueillie comme on accueille, je dirais, l’être le plus extraordinaire de la terre. Certaines choses ici doivent être exprimées : tantine a adoré ma soupe thaï; nous avons passé une soirée encore plus exquise que ma soupe; il n’y a rien de plus facile que de faire plaisir à tantine; finalement, et bien que cela ne me plaise pas nécessairement, c’est ce que je sais faire de mieux, du bien. Je ne fais rien de vraiment bien, à part le bien que je fais très bien. 

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

2 réponses à Jour 536

  1. Renée Tremblay dit :

    Faire du bien ça fait toujours du bien. Je suis occupée à tripler ma recette de granola pour des cadeaux de Noël.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s