Jour 569

Le_combat_des_chefsJe reviens sur les élections du 1er octobre et sur le combat des chefs qui se disputent la pole position. Ma manière d’exprimer ma pensée par rapport à la politique se veut avant tout subversive. En commentant des insignifiances, le pendentif de Manon, par exemple, j’exprime que je ne prends pas leur exercice au sérieux et encore moins le mien, quand viendra le temps de voter. Je les observe qui se chicanent, à la télévision, et j’en ai assez après trois minutes. Je retourne à mes petites affaires. Je les laisse dépenser leur énergie et leur salive. C’est là que je fais erreur, quand je retourne à mes petites affaires, au lieu d’aller au-delà de ma déception, les voyant qui s’agitent à la poursuite de futilités. Aller au-delà de ma déception serait me demander qu’est-ce qui devrait être exprimé qui ne l’est pas. Quelle promesse devrait être centrale qui ne l’est pas. D’ailleurs, pourquoi parler de promesse là où il faudrait parler de projet de société ? Aller au-delà de ma déception serait agir en fonction de mes valeurs dans une perspective individuelle, mais comme il y a urgence, cela pourrait vouloir dire militer dans une perspective élargie ? Le mot me fait peur, militer. J’aime mieux l’idée de participer, de mettre la main à la pâte, d’être un chaînon de la chaîne, une chaînon anonyme mais néanmoins essentiel…
J’imagine l’utopie suivante : au combat des chefs, un des quatre arrive qui ne mise que sur une priorité.
– Nous avons réfléchi en comité pré-combat, annonce cet aspirant chef. Nous avons revu nos priorités hier soir et nous en sommes arrivés à la conclusion qu’une seule mérite d’être défendue à tout prix : la sauvegarde de la planète. Aussi, au parti machin que j’ai l’honneur de représenter ce soir, nous lançons un appel à tous. Mobilisons-nous et commençons, dès le 2 octobre, à vivre dans une perspective nouvelle afin de sauver notre espèce humaine.
En fait, le représentant de ce parti pourrait parler non pas de perspective nouvelle mais plus justement de perspective révolutionnaire, mais « révolutionnaire » est un mot qui fait peur, surtout quand on a vécu dans la ouate depuis toujours, alors il se contenterait du qualificatif « nouvelle ».
Ce représentant serait bien préparé, il fournirait des chiffres et des statistiques crédibles. Il énumérait une série d’observations et de catastrophes qui, toutes, appartiennent au domaine du concret. Il nommerait avec pondération quelques actions très simples par lesquelles commencerait la transformation de notre rapport aux ressources de la terre. Des actions simples mais incontournables pour tous.
Passées les premières secondes de surprise, les autres candidats à la chefferie auraient le réflexe de continuer à argumenter et à faire valoir que leur approche est meilleure. Mais notre homme ou notre femme n’entrerait pas là-dedans et attendrait son tour de parler à la question suivante. Il répondrait tout au plus :
– Je respecte votre point de vue mais ce n’est pas le nôtre, d’autant que le temps presse.
À la fin du combat, le représentant de ce parti qui n’existe pas annoncerait que tout bien considéré, compte tenu de l’urgence d’agir, il mettait fin à sa participation à la campagne électorale, pour mieux réfléchir aux manières nouvelles selon lesquelles il faut vivre dorénavant et pour établir les bases de leur mise en place.
– C’est un rendez-vous le 2 !, aurait-il l’audace d’exprimer, le regard brillant, le sourire aux lèvres, en guise de mot de la fin.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s