Jour 593

papa

Comment faire sourire un octogénaire de bientôt 88 ans : en le brassant !

– C’est quoi déjà papa la fin de la citation ? La vie est un combat dont…
– La palme est aux cieux, me répond-il sans hésiter.
J’avais oublié à quel point ça me fait du bien d’être auprès de papa. Je n’avais pas oublié les mots de sa citation préférée, qu’il a prononcée certainement mille fois dans sa vie, sinon plus, mais je voulais les lui entendre dire.
Je suis allée le nourrir hier après une interruption de deux semaines passées dans le bois de la Manawan. J’aime sa manière de me rabrouer, sa manière incisive de s’exprimer par moments, qui aura été la même toute sa vie. J’aime ses adages, ses proverbes, sa philosophie de vie à travers quelques mots seulement.
Je suis en train de lui faire manger ses trois boulettes de viande-légumes-patates, il ouvre la bouche et mastique et ouvre à nouveau la bouche, jusqu’à ce qu’il me lance, le regard de biais :
– Est-ce que tu vas continuer jusqu’à demain matin ? Je n’ai pas juste ça à faire, manger du poulet !
– Qu’est-ce que tu as d’autre à faire ?, lui demandé-je.
– Je dois aller chercher mes trois pensionnaires, ils sont perdus dans le bois, et il est déjà minuit.
– Qu’est-ce qu’ils font dans le bois à une heure pareille ?
– Je viens de te le dire, ils sont perdus, ils cherchent leur chemin, je leur ai dit de se faire un feu en m’attendant.
– Prendrais-tu quand même un morceau de galette à la mélasse ?
Ça, c’est sournois de ma part, les pensionnaires vont devoir attendre car papa ne sait pas résister aux gourmandises sucrées. Il mange toute la galette. Puis nous allons, les pattes et moi, promener papa dehors. Nous faisons une bonne vingtaine de fois le tour du jardin. Je pousse papa dans son fauteuil roulant. Les pattes ne peut guère pousser le fauteuil, il est trop grand, il ressemble à une longue branche cassée qui souffrirait d’une entorse lombaire quand il se met les mains sur les poignées du fauteuil, le temps que je ramasse un mouchoir qui traîne par terre pour aller le jeter à la poubelle.
Mon frère me dit que c’est très fatigant, peinturer, par une température pareille. Il a passé la journée dans un appartement tout neuf, tout juste fini de construire.
– C’est une belle série de condos, et il va s’en construire d’autres, mais c’est vraiment trop chaud, même le jeune de vingt ans qui travaillait avec moi était à moitié mort.
– Malgré tout, lui dis-je, j’aime la canicule. Je ne sais pas comment l’expliquer, mais on dirait que je me sens différente psychologiquement, je ne me vis pas de la même manière quand il fait très chaud… c’est bizarre.
Tut tut tut, fait alors papa, encore une fois comme il l’a fait toute sa vie quand je me lançais dans mes poésies exagérationnelles et qu’il voulait que je me calme.
Je reçois son Tut tut tut avec le plus grand plaisir, ça veut dire qu’il suit notre conversation !
Revenus à la chambre, je veux le prendre en photo. Je le prends souvent en photo, mais il ne sourit jamais. Alors je lui dis ceci :
– Papa, voudrais-tu me faire un sourire pour ma photo ?
Il ne réagit pas. Je m’y prends autrement :
– Papa, je vais demander aux pattes de te chatouiller, comme ça tu vas rire, et je vais te prendre en photo.
– Chatouille-le, toi, me dit les pattes en prenant mon cellulaire.
Et j’ai un peu réussi, au terme de quelques essais.
– Tu feras développer la photo, me dit mon frère, on la mettra sur le mur.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s