Jour 627

DSC_5644

Troisième fond.

Je suis en France, à Paris, à quelques pas des gens qui marchent sur les grands trottoirs. Je les observe depuis une fenêtre où je semble habiter, au rez-de-chaussée. Je les trouve chanceux d’être nés parisiens. Ils se rendent faire leurs courses dans les commerces du quartier comme ils le font depuis toujours, peut-être machinalement pour certains d’entre eux. Dans mon cas, aller acheter la baguette constitue une aventure exquise, parsemée de découvertes le long de mon trajet, de découvertes qui rendent ma vie infiniment plus riche. Je voudrais avoir l’assurance que je ne serai jamais sevrée de ces richesses.
Je ne suis pas à Paris par hasard, j’y accompagne l’amour de ma vie. Un homme que je viens de rencontrer, qui bouscule tout, auquel je désire m’abandonner corps et âme, sans jamais calculer, quitte à basculer dans la douleur la plus atroce s’il devait arriver que l’on se quitte. Je fais part à cet homme de l’intense chavirement qu’il provoque en moi, en me confrontant à un don de moi sans concession. Je lui exprime, nous sommes étendus au lit et nous nous enlaçons, à quel point notre amour, j’écris bien « notre » et non « mon » amour, est un cadeau du ciel.
– Tu ne t’attends quand même pas, Lynda, me répond-il, malgré le sentiment fulgurant qui « nous » habite, il dit bien « nous » habite, –car il ne fait nul doute pour lui et moi que nous formons un tout, indissociable,– tu ne t’attends quand même pas à ce que les coordonnées changent sur mon téléphone ?
Les coordonnées qui changent, dans ce contexte, ça veut dire qu’il devra connaître mon cercle d’amis et ma famille, de la même manière que j’entrerai en contact avec ses connaissances dans cette nouvelle vie qui s’ouvre devant nous. Ça veut aussi dire, et peut-être surtout, qu’il va cesser d’utiliser les coordonnées, sur son téléphone, de sa vie avant moi.
Sa réponse m’aurait fait m’écrouler, n’avoir pas été étendue sur le lit.
– Et d’ailleurs, tu penses que tu peux faire ça, t’installer dans un autre pays, sans plus de conséquences sur le reste, sur tes proches, tes habitudes, tes responsabilités ?
Je lui réponds de bonne foi, honnête à 100%, que je suis ainsi faite que je peux me déraciner facilement pour m’enraciner ailleurs. Je lui fais cette réponse le cœur battant, espérant qu’elle suffira à le faire adhérer à notre projet de vie à deux, par et pour nous deux.
– Voyons donc !, conclut-il.
Ma sœur arrive sur l’entrefaite. Découvrant que cet amour pas encore entamé, ou si peu, est en péril, elle dit ceci à une amie qui l’accompagne :
– Ils se sont tellement aimés !
Entendant ces mots, je me révolte, je m’insurge, je crie à tue-tête qu’elle doit se taire, que je ne veux pas entendre un seul mot supplémentaire sortir de sa bouche. Et pour mieux me faire comprendre, je lui lance au visage, brutalement, l’eau que contient le verre que je tiens d’une main.
Arrive ensuite une amie, qui exprime à peu près la même chose, à l’effet qu’il serait bien illusoire d’envisager entamer une nouvelle vie, qu’il y a plein d’obstacles à surmonter que je refuse de voir et que, en d’autres mots, je me suis raconté une histoire plus belle et plus grande que nature.
– Si telle est l’idée que tu te fais de moi…, lui dis-je pour toute réponse, véritablement déçue et blessée qu’elle me perçoive si mal, qu’elle ne se rende pas compte que cette histoire d’amour est une question de vie ou de mort. De vie réussie ou de vie ratée, de vie ratée si l’amour qui en constitue le cœur, la racine, le fondement, doit en être absent.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s