Jour 647

14Merguez

Atelier de fabrication de bijoux aux Îles à l’atelier-boutique Limaçon.

C’est dommage. J’appelle Merguez ce bijou que j’ai fait aux Îles-de-la-Madeleine et que j’ai porté peut-être deux fois. Tiens, je vais le porter ce soir au souper. Nous recevons la fille de Denauzier dont c’est l’anniversaire demain.
Au départ, j’en aimais la pierre, surtout la petite veine dans les tons de vert, mais au fur et à mesure de la coupe, je me suis rapprochée de la veine au point de la faire presque disparaître. Du coup, j’ai taillé en me sentant stressée, sur le frein, je ne me suis pas laissée aller et c’est peut-être pour ça que je ne porte pas mon bijou et que je me contente de le dénigrer en l’appelant Merguez.
Nous étions à l’atelier Limaçon ce jour-là. Mon regard a été attiré dès notre arrivée par une série de tabliers noirs qui séchaient sur une corde à linge, dans le vent. Je les ai pris en photo, en me disant que dans les jours suivants j’essaierais de prendre en photo une corde à linge qui ne soit pas couverte que de tabliers noirs mais de toutes sortes de vêtements, et de même des serviettes, des nappes et des draps. Au bout du compte, je suis repartie sans cette photo qui a été au centre de mon périple et qui brille encore par son absence. Soit je ne rencontrais pas de corde à linge bien garnie, soit j’en rencontrais mais je n’avais pas mon appareil photo, soit j’en rencontrais mais il ne ventait pas.

71sBmHJ52QL._SL1500_

J’ai choisi la forme oblongue, mais il faut le savoir !

Nous nous sommes approchées de l’atelier et, telles des pigeonnes, nous avons été happées, Emmanuelle, son amie et moi, par les excellents vendeurs qui y travaillent. La manière de procéder est à peu près la suivante : on choisit une forme géométrique à partir d’un stencil, on en trace le contour sur le morceau de pierre qu’on a choisi avec un crayon feutre. On coupe avec un scalpel résistant les bords qui excèdent la forme géométrique, et on taille ensuite la pierre en la frottant à une meule qui lance de l’eau dans les lunettes et qu’il n’est pas dangereux d’utiliser, contrairement à ce qu’on peut penser en présence de la machine, qui fait par ailleurs un bruit d’enfer.

DSC_3324

Elles sont toutes belles, finalement.

Bien entendu, je me suis cassé la tête quant à la pierre que je voulais tailler et polir. J’ai fouillé dans les paniers qui étaient à notre disposition, à la recherche de la pièce unique qui allait faire de moi une future joaillière tellement le résultat que je m’apprêtais à obtenir allait être faramineux. Ainsi fouillant, j’ai découvert des restes de pierres taillées dans des seaux sous une table, que la bijoutière a accepté de me donner et qui traînent encore dans mes affaires d’art et que je vais peut-être, sait-on jamais, utiliser un jour. Ma fille, après quelques pierres rejetées, celles du dessus du premier panier, a choisi en moins de cinq minutes une pierre d’une belle couleur bourgogne. Son amie a pris la première pierre blanche qui lui est tombée sous la main.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s