Série vestimentaire – SV13

DSC_5404 (2)

Vêtement Asics, peut-être acheté au magasin Yeti, à Joliette

Mon frère les Pattes sait mieux que moi s’il aime un vêtement ou pas.
– Aimes-tu le chemisier que je porte ?, lui ai-je demandé alors que nous nous occupions tous les deux de papa, la semaine dernière.
– Non, fut sa réponse sans hésitation aucune.
– Qu’est-ce que tu n’aimes pas ?, ai-je voulu savoir. Les lanières entrecroisées sur les épaules ? Le tissu ? Le motif de l’imprimé ? Les boutons de métal qui font penser à des vêtements de motard ?
– Tout ça. Tout ce que tu nommes ne me plaît pas. Autrement dit, il n’y a rien qui me plaît.
– Et si je l’offrais à ta blonde, penses-tu qu’elle aimerait le porter ?
– Ça m’étonnerait. Ce n’est pas son genre. Comme elle est polie, elle l’accepterait et te dirait que c’est beau, mais elle ne le porterait pas.
Étant donné que nous sommes allés souper chez mon frère et sa blonde à l’occasion de mon anniversaire, et de celui des Pattes le 9 avril prochain, j’ai apporté mon chemisier et je l’ai offert à sa blonde.
– Aimerais-tu ce vêtement ?, lui ai-je demandé. J’ai pensé te le donner, je pense qu’il est trop grand pour moi.
– Non, fut la réponse.
– Est-ce que je devrais le porter ?, ai-je ajouté en l’enfilant par-dessus le petit haut gris que je portais hier, pour ceux qui s’en souviennent, celui qui est d’une excessive sobriété.
– Sais-tu que sur toi il est beau !? Je trouve qu’il fait madame sur moi mais pas sur toi. La couleur te va bien.
D’une chose à l’autre nous avons changé de sujet et il n’a plus été question de mon chemisier, que j’ai remis dans mon sac pour ne pas l’oublier. J’ai pensé le faire exprès de l’oublier chez mon frère, en fait, mais la pensée n’a duré qu’une seconde.

Zoom sur le passe pouce

Doté d’une ouverture qui isole le pouce (une image vaut mille mots).

Nous voici jour 13, consacré au vêtement de sport représenté ci-dessus. C’est la première fois que je le porte alors que je l’ai acheté l’été dernier. Il n’est ni gris ni couleur taupe, il est entre les deux. Il me va mieux qu’au mannequin dont la poitrine est trop forte pour la taille du vêtement, je trouve.
Il est doté d’une ouverture qui isole le pouce des autres doigts de la main. Cela fait en sorte que la paume extérieure de la main est couverte de tissu jusqu’aux jointures. C’est pratique pour se protéger de l’apparition de taches brunes, en été. Cela me fait penser à mes gants de vélo, que je portais il y a longtemps lorsque je voyageais en bicyclette pour aller travailler à l’université. À l’inverse des manches à ouverture pour le pouce qui couvrent bien la paume extérieure de la main, mes gants couvraient bien les métacarpes, mais ils ne couvraient qu’une partie seulement de la paume extérieure. C’est ce qui fait qu’à la fin de l’été, j’avais les paumes de deux couleurs, une couleur bronzée et l’autre pas bronzée.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans SV, est marquée , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s