Jour 673

sarcelle-d-hiver-002

Sarcelle d’hiver femelle. C’est vrai que la toute petite portion de bleu qui apparaît dans le plumage ressemble à la couleur que j’ai utilisée pour tracer les contours de ma vache.

Ma priorité cette semaine serait de terminer ma vache. Elle me regarde en ce moment, du mur où je l’ai temporairement accrochée, dans mon bureau. Elle a des pattes de vache, que j’ai essayé de reproduire en m’inspirant d’une photo. J’en avais tracé de trop longues et trop fines que j’ai réussi à faire disparaître à grands coups de torchon mouillé. Comme la moitié du poitrail de l’animal est retranchée de ma toile, on ne voit que les deux pattes avant. Il faut imaginer que les deux pattes arrière seraient visibles si la toile était deux fois plus large. On voit aussi la tête, surmontée de deux cornes. Ce ne sont pas toutes les vaches qui ont des cornes, je pense. Mais la mienne en a. Ç’aurait été original de produire une vache dont on n’aurait vu que le poitrail arrière, avec non pas la tête à ce moment-là, mais la queue, et bien entendu les deux pattes arrière. Cela pourrait faire l’objet d’un projet de toile pour obtenir un diptyque.
En ce moment, car tout peut changer, le contour de l’animal est bleu turquoise. Je suis allée lire à l’instant le nom de la couleur qui est imprimé sur le tube d’acrylique que j’ai utilisé, il y est écrit Teal, et teal peut être traduit en français par sarcelle, et sarcelle est un volatile de la famille des canards. Le corps en tant que tel de ma moitié de vache est obtenu avec du jaune, cuivre, or ainsi qu’une noisette de noir, autant de couleurs que j’ai très grossièrement mélangées. Je me suis aussi forcée pour ne pas lécher la toile de manière à bien la couvrir. Je voulais obtenir un résultat brut qui laisse transparaître les coups de pinceau de l’œuvre qui était sur la toile avant que je ne me décide à la recouvrir par une moitié de corps de vache. Je vais créer, encore une fois et toujours, un animal qu’on pensera avoir été dessiné par un enfant. Une vache d’esprit naïf et de forme primitive. Je ne m’en sors pas.
C’est la même chose quand j’écris. J’écris que je monte une côte recouverte de glace dans ma voiture blanche. J’en fais un événement majeur. J’écris un récit autour de ce non-événement excessivement mineur que je soumets au concours de Radio-Canada.
Je couvre les murs de la maison de toiles dont je pourrais dire qu’elles ont été faites par Emmanuelle, du temps qu’elle fréquentait l’école maternelle. Personne, des gens qui viennent dans notre maison, ne les commente jamais. Mais si je me mettais à dire qu’elles ont été faites par Emmanuelle à la maternelle, peut-être certains visiteurs diraient-ils qu’on fait peindre les tout petits sur des toiles de grand format, de nos jours. Pour le blogue, c’est pareil, personne ou presque ne vient lire les niaiseries qui constituent l’essentiel de ma vie.
DV2NnfPXkAIrCrI.jpg largeJe suis en train de lire Pauline Harvey, L’enfance d’un lac. C’est dense comme écriture, chaque mot apporte une information nouvelle au sein de la même phrase. Je les relis pour en saisir au mieux les trois-quarts. C’est nettement plus forçant que de me laisser porter par mes paroles et dessins d’enfant de cinq ans.
Juste au moment où je termine le texte d’aujourd’hui, je tombe sur l’annonce de la sortie du livre dont la couverture apparaît ci-contre. Le tracé rouge ressemble au tracé sarcelle qui parcourt le corps de ma moitié de vache afin de créer les taches de son pelage. Je vais peut-être vouloir lire cette nouvelle parution, mais je sens que là aussi ce sera forçant pour mon univers mental d’enfant de cinq ans.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s