Jour 672

Ivanka

Ivanka

Je reviens sur l’histoire de la galette des rois. Nous en avons mangé une chez les amis voisins le 6 janvier dernier, précédée d’un ragoût de pattes de cochon, le ragoût précédé de foie gras qui fondait dans la bouche, le foie gras précédé d’un potage de brocoli et pomme. J’ai acheté une autre galette dans les jours suivants à la pâtisserie Charlotte de Joliette. Nous avions convenu de la manger disons le 12 janvier, ou quelques jours plus tard, pour comparer. La première galette provenait du Fromentier, avenue Laurier à Montréal. Arrivé le jour de comparer, les amis étaient malades, alors nous avons reporté et le report a été fixé à aujourd’hui, le 13 février. Ça faisait donc plusieurs semaines que la galette nous attendait dans le congélateur.
J’ai écrit à ce sujet, d’ailleurs, début janvier.
Il était prévu que la galette soit mangée ce midi, et non ce soir, précédée d’un potage. Mais d’une chose à l’autre, le potage a été changé en moussaka, et la moussaka a été accompagnée d’une salade verte avec presque rien dedans, des graines de pomme grenade et des graines de sésame.
Pour comparer vraiment, il aurait fallu, bien sûr, que les deux galettes soient servies en même temps. Tout ce que je peux dire, par rapport à la galette de Joliette, c’est qu’on y goûte trop l’essence artificielle d’amande, mais cela ne nous a pas empêchés d’en prendre chacun deux fois.
Le problème, quand nous recevons, c’est qu’il nous faut entamer un blitz de ménage avant l’arrivée des invités. Ce matin, le blitz fut suffisamment important pour qu’au premier ding dong du premier couple d’amis, je sois encore sous la douche. Au deuxième ding dong du deuxième couple d’amis, je suis descendue de la chambre les cheveux en bataille pour saluer tout le monde, avant que de me rendre terminer ma beauté, si beauté il est possible d’envisager, dans la salle de bain du rez-de-chaussée.
Dans mon rêve de la nuit dernière, nous étions réunis de la même manière autour d’un repas. J’avais le très grand privilège de manger en compagnie de Melania Trump et d’Angelina Jolie. Avant de nous rendre au restaurant, je causais avec cette fois Ivanka. Je tenais un enfant dans mes bras, un garçon de deux ans qu’on disait turbulent mais qui ne l’était pas en présence d’Ivanka.
– J’aurai frayé avec ces gens riches et célèbres au moins une fois dans ma vie, me disais-je.
– Ne va pas penser que ces femmes sont plus belles que nous, disais-je aussi à une inconnue, à côté de moi.
Au restaurant, une table nous était réservée, faite sur le long. Angelina était assise à une extrémité, personne devant elle. Son épaule était appuyée contre le mur tellement elle manquait de place. À l’autre extrémité où je me trouvais, il y avait nettement plus de vie. Des enfants jouaient par terre et une dame vêtue d’un châle noir, une veuve grecque, leur répétait de ne pas s’éloigner alors qu’ils ne s’éloignaient pas.
– Nous n’avons pas la beauté des plus jeunes, des actrices et des femmes de président, disait la veuve.
Je ne réussissais pas à interpréter ses propos. Enviait-elle les beautés à l’autre bout de la table ? Essayait-elle de se convaincre qu’elle avait été belle un jour ? Regrettait-elle ne pas avoir mis de maquillage ?
– N’est-ce pas ?, ajoutait-elle en me regardant.
Je ne savais pas quoi répondre.
– Ne te force pas, me disais-je intérieurement. Ne souris pas pour rien. Ne fais rien. Ne dis rien.
Du coup, impassible, je fixais le visage de la veuve.
– Bien joué !, lançait alors une voix. On coupe !
– Marcelle, tu vas reprendre après la réplique de Bernard. Attention, tout le monde en place, on reprend !, lançait François Truffaut dans une énergie contagieuse qui me faisait craindre que nous allions y passer la nuit. Qui me faisait craindre et désirer.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s