Jour 688

IMG_0466

Pavés d’omble chevalier sur couscous à la crème, pastilles à la courge et pastilles au basilic.

Ça fait deux fois que ça nous arrive. Deux fois que nous nous donnons rendez-vous à la Maison du spaghetti, mon amie et moi, pour découvrir que le restaurant n’est pas ouvert.
La maison du spaghetti était notre deuxième choix, dans la mesure où le premier choix, L’âtre, était fermé pour cause de pluie abondante en plein hiver.
– On pourrait aller au Cambodiana, ce n’est pas très loin d’ici ?, a suggéré mon amie au volant de son véhicule qui bloquait la circulation parce qu’arrêté en pleine rue devant le restaurant, or il y avait une voiture derrière qui attendait qu’on décide quelque chose.
– Je n’aime pas cet endroit, me suis-je dit intérieurement sans rien prononcer extérieurement, de telle sorte que mon amie ne pouvait pas savoir si on y allait ou pas.
– On devrait aller voir au centre-ville, ai-je fini par répondre, il doit bien y avoir un endroit pour nous accueillir quelque part ?
Aller au centre-ville, ça veut dire aller voir ce qui se passe sur le boulevard Manseau, sur une portion très courte de deux pâtés de maisons.
Nous nous sommes retrouvées au restaurant gastronomique Bercail pour y passer une soirée exquise. Nous avons commencé par nous demander, depuis le trottoir, si l’endroit était ouvert, nous avons marché dans l’allée qui y mène, nous avons atteint la galerie, avons poussé la porte, sommes entrées en nous exclamant que c’était ouvert.
Nous étions très peu nombreux ce mardi soir dans ce très grand espace.
– Il faut être courageux pour tenter de faire vivre un endroit pareil de nos jours, tu ne penses pas ?, ai-je demandé à mon amie. Ça doit coûter une fortune rien que pour le chauffage.
La même chose ce midi, avec tantine, dans un endroit fort plus modeste, le Kenny à Rawdon.
– Regarde comme c’est grand !, s’exclame tantine à chaque fois. Il y a trois salles !
Nous allons régulièrement à cet endroit, le plus souvent vide ou presque. Je paie l’essence et j’offre mes services de chauffeure pour nous y rendre, tantine paie le repas, et une fois le ventre plein, nous allons faire l’épicerie, à l’autre extrémité de la rue Queen.
– Je me demande comment les propriétaires se débrouillent pour faire vivre un endroit pareil, ai-je encore une fois exprimé.
Comme ma vie sociale est très active ces derniers temps, j’ai aussi eu l’occasion de rencontrer trois autres amies avant l’amie d’hier, à trois endroits différents.
La première amie c’était à Blainville, chez elle, dans sa cuisine. Nous avons mangé une salade composée et j’ai comblé le creux restant dans mon estomac par deux tranches de pain aux bananes suivies de deux biscuits aux pépites de chocolat, tranches et biscuits constituant il va de soi des entorses à mon mode de vie cétogène. Mais ils avaient été cuisinés maison par mon amie et je n’ai pas pu résister.
La deuxième amie c’était à Montréal, au lendemain de la tempête qui a rendu difficile notre parcours rue Sherbrooke jusqu’au café Starbucks de l’Avenue du Parc. Je n’y ai rien mangé, seulement bu un café moka nappé de crème fouettée. C’est dans ce café que les gens ne parlent pas parce qu’ils étudient devant leur ordinateur, des écouteurs dans les oreilles. Le café cela dit était plein.
Le troisième endroit, c’était à la Brûlerie du Roy, avec la troisième amie. Nous y avons mangé, elle du pain doré et moi une omelette, et bu toutes les deux du café. Il y avait beaucoup de clients au rez-de-chaussée, un peu moins à l’étage où nous étions.
Ma vie sociale m’amènera demain soir au CHSLD où je ne mangerai pas –mais normalement papa, lui, devrait avoir envie de manger– et où il y a beaucoup de clients.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s