Jour 691

Je suis revenue très tard de notre soirée, d’autant que nous avons joué un petit peu au Chromino après le repas. C’était l’fun, en ce sens, que Bibi soit malade, cela dit de manière très égoïste, car elle était moins à son affaire et j’ai pu gagner deux parties. Cela n’arrive jamais en temps normal, elle gagne tout le temps. Je suis donc revenue très tard, vers une heure et demie du matin, tendue d’avoir roulé sur les routes étroites, glissantes et tortueuses, à la noirceur. Je me suis rendu compte que ça paraît quand mon mari n’y est pas. Avoir été là, il m’aurait recommandé de nettoyer les phares de ma voiture avant de faire la route, je me serais donné la peine de les nettoyer, et ainsi j’aurais mieux vu car honnêtement, soit affaire d’âge soit affaire de phares, mais probablement les deux, j’ai eu l’impression de m’arracher les yeux, même si je portais mes nouvelles lunettes. De la sorte, j’avais un peu mal à la tête une fois rentrée à la maison.
J’avais aussi un goût de café tellement fort dans la bouche que ça me piquait la langue. Il va falloir que je demande à mon frère qu’est-ce qu’il avait mis dedans. Je ne voulais pas trop boire car j’allais me lever pendant la nuit, mais je voulais quand même boire, et il ne me restait en outre que peu de nuit car je devais me lever tôt pour rencontrer une amie.
– Je pourrais lire un peu pour me détendre, me suis-je dit, mais quand j’ai mal à la tête je n’ai pas envie de lire.
Pour en finir de tous ces détails, je me suis couchée et j’ai très mal et très peu dormi.
Le lendemain j’ai rencontré mon amie et c’est cette rencontre qui est à l’origine, dans le texte du Jour 693, de ma réflexion philosophique sur le thème de la conversation, un art qui se construit à deux à partir de rien. Lorsque le violoniste –encore lui !– converse avec son violon, il s’appuie sur une partition, sur un thème écrit, il interprète une création existante. Quand deux personnes se rencontrent, elles conversent sans s’appuyer sur rien de concret au départ, elles entrecroisent leurs pensées et leur sensibilité et il en émane un résultat toujours différent. C’est d’une grande richesse et comme je l’ai écrit il y a de cela moins d’une heure ou deux, on dirait que c’est la première fois de ma vie que je m’en rends compte.
Pour mon souper chez les Pattes, j’avais pris le temps de me friser les cheveux. Plus précisément, les Pattes m’ayant demandé d’arriver plus tôt pour le plaisir de passer une partie de l’après-midi ensemble lui et moi, et n’ayant eu le temps que d’écrire mon blogue avant d’aller chez lui, j’avais apporté mon fer à friser dans mes affaires ainsi qu’un miroir de table, et rendue chez lui je me suis frisée.
– J’ai apporté mon fer à friser, ai-je annoncé aux Pattes. Je pourrais commencer par ça avant de nous lancer dans la préparation de la nourriture ?
– Tu veux t’arranger le siau, a été la réponse –délicieuse– de mon frère.
L’arrangeage du siau m’aura permis d’avoir l’air moins moche devant mon amie après mes deux heures de mauvais sommeil. Mais peut-être que l’effet de l’arrangeage était strictement psychologique, car lorsque j’ai demandé à ma sœur si ça paraissait que je m’étais fait une mise en beauté avec le fer à friser pour honorer notre soirée, elle m’a répondu que ça ne paraissait pas tellement. Ça devait donc paraître encore moins rendu le lendemain.
En peu de mots : je n’ai rien lu de mes quatre livres, j’ai détricoté mon projet de foulard, et pour me reprendre de ma mauvaise nuit, j’en ai dormi une suivante de quinze heures. C’est idéal pour le régime cétogène selon lequel les longues périodes sans manger sont recommandées. Nulle vache en devenir. Mais quand même, à travers tout ça, j’aurai écrit sept textes.

 

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s